Le fil d'actu GC
Accéder au site
Accéder au site
Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Gandalf
Modérateur
Aucun
Messages : 7560

http://sunrise-officiel.wix.com/sunrise#!gouvernement/chwp
[OFFICIEL] RP militaire , le Lun 2 Juin 2014 - 18:40
RP militaire Partie 1


York City, au Sunrise, nous sommes le 2 juin, il est 8H03, le Président de la république Freddy Howard se prépare à l’arrivée imminente du Président Cédois pour une visite officielle. Soudain, on frappe à la porte de ses appartements privés :
Le président : « entrez ! ».
L’agent Roma, responsable des opérations spéciales entre :
« Nous sommes prêt Monsieur le Président
- Très bien, donnez moi cinq minutes »
Pendant ce temps, à l’aéroport militaire de York, l’avion du Président Cédois arrive et ce pose, le président Cédois descend et est accueillit par l’agent Hoop, des opérations spéciales :
« Monsieur le Président, agent Hoop des opérations spéciales, bienvenue au Sunrise Monsieur.
- Président cédois : Enchanté, voici mon responsable de la sécurité Monsieur Tomanof. »
- Agent Hoop : Après vous Monsieur le Président »

Le Président Cédois se dirige vers la voiture chargée de son transport jusqu’au palais présidentiel, dans le centre de York, il est escorté par huit motards de la police. Au palais présidentiel, le Président Freddy Howard est prêt et se dirige vers l’entrée du bâtiment en compagnie de l’agent Roma. A l’arrivée du Président Cédois, les deux hommes se saluent et échangent quelques mots :
« Freddy Howard : Bonjour Monsieur le Président Cédois, ravi de vous revoir au Sunrise.
- Cédric CED : Plaisir partagé, je suis également heureux d’être là aujourd’hui. »

-Retentissement de l’hymne nationale des deux pays-

Les deux chefs d’états se dirigent ensuite vers la salle de réunion du palais. Ils s’y retrouvent tous les deux accompagnés du ministre des affaires étrangères du Sunrise, du secrétaire générale à la défense, du premier ministre et d’un des six chefs d’états major interarmées :




« Freddy Howard : Monsieur le Président, vous savez que le Sunrise est dans un contexte économique difficile, et que nous nous devons de redresser la barre coute que coute si nous ne voulons pas sombrer.
- Cedric CED : effectivement, je comprends votre détresse, vous êtes une nation respectable et amie, et nous savons qu’en cas de chute de votre pays, les répercutions mondiales seraient inimaginables. »


RP militaire partie 2


Pendant ce temps, à 15 kms à l’est de York, un avion suspect appartenant à l’armée du Sunrise est accosté par des chasseurs de la Sunrise Air Force :

« Pilote de l’avion : Ici Sunrise Air Force, vous circulez dans un espace aérien restreint, identifiez-vous et déroutez-vous vecteur 2.0, confirmez. »

L’avion ne répond pas, le pilote du chasseur réplique alors :

« Je répète, identifiez vous et déroutez vous vecteur 2.0, dernier avertissement avant qu’on vous abatte. »

C’est alors que deux mitrailleuses lourdes sortent de chaque coté de l’avion et tirent sur les deux chasseurs. Le pilote du second chasseur est tué sur le coup, tandis que le premier parvient à s’éjecter après avoir laissé ces dernières paroles : « défenses anti aériennes, on nous tire dessus ».

Pendant ce temps au palais présidentiel :
« Cédric CED : Monsieur le Président, je ne suis pas venu au Sunrise uniquement pour signer des contrats commerciaux, j’aimerais également que nos deux grandes puissances se rapprochent dans le but de créer une éventuelle future alliance… »

Le Président Cédois n’aura pas le temps de finir sa phrase lorsque que l’agent Roma, responsable de la sécurité de Freddy Howard interpelle celui-ci :

« Monsieur le Président, intrusion aérienne, évacuation !
- Freddy Howard : Venez Monsieur le Président Cédois.
- Agent Roma : Ce n’est pas dans le protocole.
- Freddy Howard : Je m’en fiche, il vient avec nous ! »

Le cortège présidentiel se dirige vers l’ascenseur de secours du palais, puis descend vers le bunker, qui est souterrain et anti-nucléaire :

« Freddy Howard : Je veux un contact permanent avec le centre de commandement de l’armée et la sécurité nationale
- Agent Roma : Bien Monsieur. »

Pendant ce temps, l’avion suspect arrive sur York, tirant à ciel ouvert sur la capitale, faisant des centaines de morts au passage. Il se dirige vers le palais présidentiel qui est bouclé par les snipers et les agents de sécurité. En arrivant sur celui-ci, les défenses anti aériennes du palais entrent en scène, tirant quatre missiles de longue portée sur l’avion qui les esquivera grâce à ses anti-missiles. Il ouvre immédiatement le feu sur les snipers placés sur le toit du palais. Pas un seul sniper n’aura la vie sauve. Parallèlement, il tire sur les pelouses du palais pour faire un maximum de morts parmi les agents de sécurité. Pendant ce temps, un chasseur décolle de la base John Smith au nord-ouest de York prend en chasse l’avion suspect :
« Pilote du chasseur : Ennemi en visuel, feu a volonté, je répète feu à volonté…confirmé. »



L'avion arrive sur la ville




Panique sur la ville.




Les défenses anti-aériennes du palais rentrent en action, malheureusement inefficace.



Panique dans les rues

L’avion est touché car n’ayant plus assez d’anti missiles pour éviter le tir. Son aile gauche percute une tour du quartier d’affaires et l’avion se crash 300m plus loin, dans le parc central de la ville.
Au même moment, des civiles en apparence rentrent en action. L’un d’entre eux se fait exploser juste devant la grille du palais, la détruisant et perçant une brèche dans la défense de celui-ci. Une quinzaine de terroristes, déguisés en civiles rentrent en action, ils sont équipés de mitraillettes et de fumigènes qu’ils balancent immédiatement sur la pelouse nord du palais. Une fois les fumigènes en place, ils ne leur restent plus qu’à faire feu en direction de l’entrée du palais afin de tuer un maximum d’agents de sécurité sortant de celui-ci. Les responsables de l’escorte Cédoise, qui étaient restés auprès des limousines sont également tués dans la fusillade. Pendant ce temps, dans le bunker du palais présidentiel :



Avion touché



Il percute une tour du CBD



Fusillade sur la pelouse nord du palais présidentiel

« Agent Roma : Monsieur le Président, il s’agit d’une alerte majeur. Nous sommes victimes d’une attaque terrestre »

Freddy Howard se dirige alors vers le président Cédois :

« Monsieur le Président, nous avons un problème, un gros problème, ne vous inquiétez pas, ce sera vite réglé.
- Président Cédois : J’aimerais que l’on prévienne mon gouvernement de cette attaque.
- Freddy Howard : Aucun problème, ce sera chose faite lorsque les communications seront rétablies. »

Pendant ce temps, au siège de Fox News :
« Le rédacteur en chef : Qu’est-ce que c’est que ce bordel ! Je n’ai pas rêvé en voyant un avion tirer sur la ville ?
- Un reporter : Non chef, vous n’avez pas rêvé, apparemment, le palais présidentiel a été pris pour cible.
- Le rédacteur en chef : Envoyez immédiatement des journalistes sur place et commandez une édition spéciale!

Au même moment, les terroristes progressent inexorablement vers l’entrée du palais présidentiel lorsque les premiers policiers de la police de York arrivent sur place afin de prêter main forte aux agents de sécurité. Deux camions poubelles en apparence arrivent également au même moment, ils sont conduits par deux hommes cagoulés ; deux autres hommes sont placés à l’arrière avec une mitrailleuse lourde. Soudain, le chef des terroristes lance un signal et tous les terroristes se couchent instantanément sur la pelouse du palais. Au même moment, les trappes situées à l’arrière des camions poubelle s’ouvrent et en sortent les mitrailleuses lourdes pilotées par un terroriste chacune. L’un fait feu sur les voitures de police, tuant sur le coup la plupart des policiers sur place tandis que l’autre fait feu vers l’entrée du palais présidentiel en tuant tous les agents de sécurité sortant pour le défendre. Les terroristes pénètrent à l’intérieur du palais en tuant les agents de sécurité encore en vie, ils prennent immédiatement le contrôle de celui-ci tant sur le plan vidéo surveillance que sur le plan sécurité.



Les agents de sécurité se font tirer comme des lapins.

Pendant ce temps, à Videlle, au CED, une télé dans un bar : « L’incroyable vient de ce produire, alors que notre président et sa délégation rencontraient le gouvernement du Sunrise à York, une attaque vient d’y avoir lieu et le palais présidentiel est actuellement assiégé. Nous ignorons qui en est responsable et le nombre de victimes, mais la violence de cet assaut est d’une ampleur sans précédent. »



Dans la salle de crise du centre de commandement de l'armée

« C’est l’heure, paye et on y vas.
- Ok. »

Les deux hommes sortirent du bar et rejoignirent un groupe dans une camionnette utilitaire qui les attend a l’entrée.
Quelques minutes après :

« Bon, les gars préparez vous car on arrive au bâtiment prévu. Star 10 ou en sont les autres ?
-Ils sont en route avec les colis.
- Bien. Les gars, je compte sur vous pour être vigilants, on n’a pas droit a l’erreur ! En prime, rappelez-vous qu’on est chez les communistes ici et qu’ils ne feront pas dans le détail s’ils nous choppent ! »

La camionnette se gare dans un parking souterrain. Dedans la troupe se prépare :

« Alors ? S’en est ou ?
- Je suis connecté et je viens de pirater le réseau de caméra de l’immeuble. Elles tourneront désormais les mêmes images en boucle. Les alarmes sont déconnectées. On sera invisible pour la police et la sécurité. »

Une voiture se mit juste à coté de la camionnette et trois hommes en sortirent.

« Comme prévu, vous nous attendez ici et dès qu’on vous envoie le signal vous nous rejoignez. »
Un attroupement de dix hommes cagoulés et armés montent dans les deux ascenseurs de l’immeuble :
« Étage 37, on y est ! On fonce vers la salle 4. »
Un court instant après :
« Star 11, vous pouvez monter, nous sommes maitre de l’étage. »
Pendant ce temps au palais du Kremlin, le gouvernement c’était réuni en salle de crise suite à l’assaut sur York, capitale du Sunrise, lancé par des troupes inconnues.

« Mesdames et Messieurs, à l’heure ou je vous parle, nous ne savons toujours pas ce qu’il est advenu du Président et sa délégation. Nous ignorons aussi qui a lancé cette attaque. »

Le secrétaire général du ministère des affaires étrangères prit la parole :

« L’état major du Sunrise vient de nous contacter, ils viennent de mettre le pays en alerte maximale et ils vont fermer les frontières. Ils nous informeront des éventuelles avancées.
- De notre coté, que faisons nous ? »

Après un bref silence, le secrétaire général du ministère des affaires internes dit :

« Je préconise de mettre en niveau 2 d’alerte rouge, la police, la police militaire et l’armée mais sans couvre feu, seulement d’augmenter les patrouilles dans les rues, dans les gares, les ports, les aéroports et à nos frontières. Nous devons nous tenir prêt à toute éventualité, même à la pire.

- Bien. Nous allons faire ça. En ce qui concerne l’armée, je pense que nous devrions aussi la préparer préventivement pour une entrée en guerre si jamais il s’avère qu’un pays est derrière tout cela. »

« Star 3, on en est ou des préparatifs ?
- C’est presque prêt. Le colis principal est en place et le deuxième est dans une salle a part. Les otages sont tous dans un des plateaux télé et grâce à notre matos dernier cri, star 4 nous a relié au réseau de communications du Kremlin.
- Bien, d’après nos renseignements, tous le gouvernement est en salle de crise suite à l’attaque au Sunrise donc c’est le moment idéal pour les contacter. »

Pendant ce temps, dans la salle de crise du kremlin...

« Mesdames et Messieurs les secrétaires généraux, quelqu’un essaye de nous contacter sur le réseau de communication vidéo interne du Kremlin !
-C’est impossible ! S’exclama un des secrétaires.
- Mettez nous en communication. »

Le terroriste apparait alors à l’écran :

« Bonjours Mesdames et Messieurs du gouvernement, vous vous demandez certainement, qui nous sommes, ce que nous voulons et comment nous nous sommes reliés à votre réseau. Disons que grâce à un allié puissant, nous avons eu accès à une technologie de pointe, notre nom important peu, nous allons passer aux revendications.

- Et que voulez vous ? De l’argent je présume ?!
- Eh bien non, une rançon ne nous intéresse pas ! Nous voulons autre chose. Tout d’abord, pour vous faire comprendre que nous ne rigolons pas, nous avons en notre possession une bombe atomique d’au moins 20 kilotonnes. Nous avons aussi des otages ce qui devrait vous dissuader d’intervenir… sauf si la destruction de votre capitale et la mort de dizaines de milliers de personnes vous importe peu.
- Et que voulez vous donc alors?
- Simple. L’arrêt complet des relations avec le Sunrise et deux de vos missiles nucléaire tactique. Je vous laisse un instant tergiversé entre vous."



Le palais est bouclé par la police


RP militaire Partie 3


Pendant ce temps au Sunrise, la situation s’envenime dans le bunker du palais présidentiel. Une grande partie de la délégation Cédoise, dont le chef de la sécurité du Président Cédois lui-même, s’avèrent être des imposteurs. Ils entrent en action et tuent immédiatement les agents de sécurité du Président Freddy Howard ainsi que les vrais agents de sécurité du Président Cédois :

« Freddy Howard : Non mais pour qui vous prenez vous espèce de malade !!
- Le terroriste : Je me bât pour la justice Monsieur le Président du Sunrise et les crétins dans votre genre ne m’intéressent pas. »

Il empoigne le Président pour l’attacher avec les autres membres du gouvernement présents. Dans la salle de crise du centre de commandement militaire, les dirigeants du pays n’arrivent pas à entrer en contact avec le bunker :

« La directrice des services secrets : Nous ne savons pas de quoi il s’agit précisément, mais nous pensons fortement à une prise d’otages, car nous n’arrivons pas à entrer en contact avec le bunker. »

La directrice est interrompue par un appel venant du bunker, qui est immédiatement reçu. A l’écran, apparait le chef des terroristes :

« La directrice des services secrets : Qui êtes-vous et que voulez-vous ?
- Le terroriste : Je suis l’homme qui vient de prendre votre palais présidentiel et quand à mes revendications, je veux vos codes d’attaque nucléaire et l’arrêt complet des relations Sunrise-CED.
- La directrice des services secrets : C’est hors de question, et puis d’abord, que comptez-vous faire avec ces missiles ?
- Le terroriste : Ce que je compte faire avec ne regarde que moi, et si vous refusez de suivre mes instructions, je tuerais vos représentants un à un.
- La directrice des services secrets : Nos codes ne suffiront pas, il y a une double sécurité sur les missiles, il vous faudra donc les codes du Président, du premier ministre, de la secrétaire d’état à la défense et du chef d’état major interarmées.
- Le terroriste : soyez rassuré, j’ai ma méthode pour les obtenir. Je vous laisse 24H pour stopper les relations avec le CED et pour me livrer les codes, sans quoi, je tuerais un de vos représentants. »

La connexion fut coupée. Au même moment, le Président Du congrès arrive et est accueillit par la directrice des services secrets :

« Monsieur Craven, étant donné que le Président et le premier ministre sont tous deux dans l’incapacité d’exercer leurs fonctions, je vous place immédiatement sous protection des services secrets. Vous voila investi Président du Sunrise par intérim.
- Bill Craven : Sont-ils encore en vie ?
- Directrice des services secrets : Oui, ils le sont mais nous n’avons aucune information provenant de l’intérieur du palais
-Bill Craven : Bien, Troddy, veuillez m’apporter un café avec deux sucres s’il vous plait. Sécurisez tous les sites nucléaires et je veux m’entretenir avec le secrétaire général du ministère des affaires étrangères Cédois sur une ligne sécurisée. Ensuite, je veux tenir une conférence de presse, dans cet angle.




Au CED, l’immeuble abritant les terroristes a été localisé par la police. Le bâtiment est bouclé par les forces spéciales qui n’attendent que le feu vert du gouvernement pour agir. Dans la salle de crise du Kremlin, le gouvernement se questionne :

« Si nous agissons, nous prenons le risque qu'ils tuent les otages. Nous prenons également le risque de voir Videlle rasée si nous ne faisons rien.
- On risque surtout une guerre avec les pays concernés et leur allié voir un holocauste nucléaire tout court. »

Entre temps, le terroriste de l’immeuble reprend contact avec le gouvernement…

« Terroriste : Rebonjour Messieurs les dirigeants du CED. Vous croyez que nous n’avons pas remarqué votre petit jeu. Nous savons pertinemment que l’immeuble est bouclé et nous allons vous demander de déposer les armes, sinon, vous savez ce qui se passera.

- Hors de question, le CED ne cède pas aux menaces. Nous passerons cette épreuve peut importe ce qu’il en coutera, tuer les otages si cela vous chante mais vous n'aurez pas ces missiles. Quand a votre bombe rien ne nous garanti qu'elle soit vrai.

Le terroriste fait alors un signe de main a un de ses congénères derrière lui. Celui-ci lui apporte une jeune demoiselle, immédiatement identifiée par les secrétaires généraux cédois :

L’un des secrétaires s’exclame :

« La fille du Président !! »


RP militaire Partie 4


Le terroriste reprend aussitôt :

« Vous avez remarqué que nous avons en notre compagnie un otage qui mérite votre réflexion face à notre proposition. Je ne le redirais pas une seconde fois, déposez les armes et faites ce que je vous ai demandé sinon elle mourra comme tous les autres.

- L’un des secrétaires : Très bien, nous déposons les armes, mais sachez que tout cela n'est pas terminé.

La transmission est immédiatement coupée et le gouvernement se questionne sur la manière d’interpeller ces terroristes :

« L’un des secrétaires : Il va falloir la jouer rusée si l’on veut remporter la bataille. J’opterais pour une entrée très discrète de nos forces spéciales dans l’immeuble. Les terroristes responsables de la surveillance de l’immeuble ont quelques failles dans leur surveillance du bâtiment d'après nos troupes qui les espionnent.
-Monsieur, voici les plans de l'immeuble.
- Mhhh... Apparemment on peut accéder depuis les égouts à un local de stockage dans les sous-sols de l'immeuble. De là, on as accès aux ascenseurs. Nos équipes avec du matériel d'escalade pourront remonter discrètement jusqu’à l'étage ou se terrent les terroristes. Une fois a l'étage il leur faudra les abattre discrètement et mettre la main sur la fille du Président et sur cette bombe si c'est une vrai.
- Si tout se passe comme prévu, et au vu de leur détermination je pense que cette bombe n'est pas un vulgaire pétard!
- Général, allez y, envoyez la section d’assaut spéciale. Et n'oubliez pas que nous n'avons pas le droit à l'erreur. »

Soudain, les terroristes reprennent contact avec le gouvernement:

« Je vous ai laissé pas mal de temps je pense. Quelle est votre réponse?
- Nous sommes d'accord. Laissez nous deux heures et vous aurez vos missiles.
- Bien, sage décision et n'oubliez pas que si vous vous êtes jouer de nous, je tuerai tous les otages sous vos yeux en commençant par la gamine et détruirai votre ville sans la moindre hésitation. Les cibles sont les capitales du Queensland et de l'Empire des Iles Cerbère. »

Au Sunrise, le palais présidentiel est bouclé par la police et l’armée. Sollicité par le chef terroriste, le premier ministre refuse catégoriquement de délivrer son code nucléaire. La sanction du chef terroriste est sans appel. Il reprend contact avec la salle de crise du centre de commandement de l’armée, demande au premier ministre de se placer devant la caméra, pointe une arme contre son crane et tire immédiatement. Les dirigeants du Sunrise font un bon et s’insurgent :

« Président Craven par intérim : Pourquoi avez-vous fait cela, cela ne faisait pas partie du contrat !

- Terroriste : J’ai fait cela pour que vous voyiez que je ne rigole pas avec les personnes non coopératives. Votre premier ministre a refusé de me délivrer son code nucléaire, ma décision ne s’est pas fait attendre. Je vous rappelle qu'il vous reste 18H pour me délivrer vos codes nucléaires, sinon, votre Président sera le prochain.»

La connexion est interrompue. La directrice des services secrets prend la parole :

« Nous n’allons pas avoir le choix, nous sommes dans l’impasse totale, de plus, qu’en pensez-vous Monsieur le Président ?

- Président Craven par intérim : Je suis d’accord avec vous, je me suis entretenu tout à l’heure avec le ministre des affaires étrangères Cédois et il m’a informé d’une prise d’otage semblable à la notre à Videlle dans un immeuble du centre-ville. Les terroristes travailleraient visiblement en association avec ceux qui détiennent notre Président et menacent de faire sauter la ville si le CED n’interrompt pas ses relations avec le Sunrise et si leur gouvernement ne leur cède pas deux de leur missiles nucléaire tactique. »

Les dirigeants se questionneront longtemps sur les répercutions de donner les codes nucléaires du Sunrise à des terroristes, mais également sur les répercutions de ne pas les donner. Une demie heure plus tard, la décision est prise par le Président par intérim :
« Donnez leurs ces codes et n’en parlons plus. Que nos enfants nous pardonnent pour cela. »

Les codes sont transmis par informatique vers le bunker du palais présidentiel. Entre temps, le chef terroriste aura réussis à prendre le code du Président Howard par la force ainsi que du chef d’état major et de la secrétaire d’état à la défense et ne tarde pas à trouver le dernier code (celui du premier ministre) grâce aux autres. Il lance immédiatement le programme de lancement nucléaire. Le terroriste prend ensuite contact avec les dirigeants du Sunrise, désemparés :

« Nous souhaitions vous remercier pour votre collaboration Messieurs. Dans exactement 45 minutes, votre pays sombrera dans la souffrance, vous connaitrez la descente aux enfers. Il me reste maintenant une dernière revendication : envoyez-moi un hélicoptère sur la pelouse nord du palais présidentiel pour évacuation dans 15 min, et ne soyez pas en retard si vous souhaitez revoir votre Président en vie. »

Le président par intérim s’exécute et l’hélicoptère arrive 15 minutes plus tard. Les terroristes sortent masqués du palais et se dirigent vers l’hélico lorsqu’un groupe d’intervention spéciale intervient sur ordre d’un colonel, non approuvé par le centre de commandement de l’armée. Les militaire se dirigent vers l’hélicoptère et tirent sur le pilote en l’abattant sur le champ. Des échanges de coups de feu ont lieux entre les militaires et les terroristes. Trois militaires périront dans l’assaut mais tueront cinq des six terroristes escortant le chef vers l’hélicoptère. Le chef, pris à partis par cette embuscade tire sur le Président Howard qui sera atteint au ventre. Il parviendra à prendre la fuite à bord de l’hélicoptère tandis que les militaires, responsables de la sécurité du Président abandonnent leur objectif de tuer le terroriste pour emmener le Président en sécurité. Le Président du CED est également sauvé et placé entre les mains des services secrets du Sunrise.

Au même moment, l’un des militaires fonce vers le palais présidentiel afin de désarmer le lancement des missiles. Il reprend contact avec le centre de commandement de l’armée qui lui confit les codes de désactivation. Le lancement est annulé à cinq minutes du départ des missiles vers leur cible.



Secours du Président


Parallèlement, au CED, les militaires de la section d'assaut ont réussi à entrer dans l’immeuble.

« QG ici Red 3, nous sommes dans la place, allons commencer l'opération d'élimination.
- Cible 1 éliminée.
- Cible 2 éliminée.
- Cible 3 éliminée. »

Alors qu'il s'approchait d'un terroriste le soldat se fit repéré mais en un éclair il envoya un couteau dans la tête du terroriste qui le cloua sur place.

« Ici Red 2, cible 4 éliminée. »

Arrivant devant le dernier terroriste qui gardait la porte du studio, un des soldats du commando s'approcha discrètement et grâce à un filin étrangla le terroriste qui mourra dans un râle silencieux.

« QG, couloir nettoyé, allons lancer l'assaut final.
- Mesdames et Messieurs, c'est le grand moment, c'est là que le destin de notre ville va se jouer. »

Ne se souciant de rien, les terroristes sont pris à partis lorsque l’assaut est donné. Dans la violente fusillade qui s’ensuivit, les terroristes auront le temps de descendre deux des otages, mais pas la fille du Président plus agile que ses ravisseurs qui fut mise en sécurité par les soldats. Tous les terroristes seront tués dans l’assaut à l’exception du chef, qui parviendra à s’enfuir par une porte de la pièce, donnant sur un escalier de sécurité à l’extérieur. La bombe, activée par un l’un d’entre eux  pendant l'assaut fut mise entre de bonnes mains et fut rapidement désamorcée par l'expert en déminage du commando.

Au Sunrise, tout comme au CED, on s'occupe des blessés et les équipes d'investigations commencent leurs travail d’enquête.
Coté CED au Kremlin:

« Notre Président est sain et sauf. Le Président du Sunrise a été blessé au ventre et transféré vers l’hôpital militaire de York dans un état critique d’après les médecins- Bien. Mais quelque chose cloche. Les enquêteurs nous font mention d'armement et de matériels derniers cris et la bombe n'a rien d'artisanale. On pourrait presque croire que tous ceci a été commandité par une puissance extérieur.



Le commando Cédois


- Un nouveau rapport vient de nous parvenir. Il dit que l'intégralité du matérielle des terroristes y comprit la bombe serait d'IDS.

- Quoi? L'entreprise du Saint Empire? Mais comment on- ils pu avoir tout cela? »


RP Militaire partie 5


Au Sunrise, après l’attaque, l’heure est au bilan. Le premier fait état de 298 morts, civiles et agents de sécurité confondus. Une centaine de personnes sont blessées dont une quinzaine avec un pronostique vital engagé. A l’hôpital militaire de York, le médecin en charge du Président Howard tient une conférence de presse sur l’état de celui-ci :

« Pour le moment le Président de la république est dans le coma. Ses blessures au ventre son grave, son  poumon droit a été atteint et il souffre d’une hémorragie interne. Une opération d’urgence va être tentée par nos chirurgiens. Si elle échoue, ce sera la mort du Président, si elle réussit, il aura peut-être une chance de s’en sortir. »

Le lendemain, les hommages fusent au travers du pays mais également au travers du monde. Le premier ministre du Sunrise, Alexis Jonhson est décédé et sa sépulture est prévue le 12 juin. Les services de renseignements intérieur se questionnent sur comment des terroristes ont-ils pu être aussi bien armés et sur comment ont-ils pu préparer ce coup de poker qui était très risqué pour eux au vu de la sécurité réputée infaillible du palais présidentiel. Le rapport remis à la directrice des services secrets stipule que c’est l’organisation paramilitaire Al-Merah, une organisation notamment responsable de nombreux attentats à travers le monde et basée sur un archipel isolé en pleine mer au sud de l’Océania :

« La directrice des services secrets : Je m’en contrefiche de savoir quelle organisation a perpétré ces attentats, surtout si c’est l’organisation très connue Al-Merah, que nous connaissons très bien. Ce que je veux savoir, c’est comment une organisation, à la base sous armée, a pu se retrouver avec des armes de pointe, des armes que l’on ne trouverait nul par ailleurs que dans l’armée d’un pays très développé, et surtout qui les a fournis.

-L’un des agents spéciaux : Nous nous penchons sur la question, mais toutes les preuves iraient contre le St Empire.

-La directrice : Le St Empire ??!

-L’agent spécial : Oui, les services secrets Cédois nous ont affirmé que la bombe nucléaire menaçant Videlle serait originaire d’IDS ainsi que toutes les armes dont étaient dotés les terroristes.

-La directrice : Et de notre coté, ça donne quoi ?

-L’agent spécial : Nous avons clairement identifié les armes comme étant des propriétés d’IDS corporation.

-La directrice : Je ne comprends pas, il y a quelque chose qui m’échappe. Pourquoi le St Empire aurait apporté son aide à une organisation paramilitaire dans le but d’attaquer deux pays aussi puissants que le Sunrise et le CED ? A part la guerre, qui a-t-il à gagner pour le St Empire ? Rien. Je veux bien croire qu’ils sont fêlés dans ce pays, mais la, c’est du grand n’importe quoi !

-L’agent spécial : Peut-être ont-ils été grassement payés par l’organisation Al-Merah, ou bien menacés tout simplement. Enfin, il y a bien une explication logique à tout cela.

-La directrice : Menacé ? Le St Empire menacé ? Qui plus est par une organisation paramilitaire sous développée ? Non mais là, c’est l’hôpital qui se fou de la charité. Quoi qu’il en soit, trouvez-moi d’autres preuves accablant le St Empire. Je vais parler de votre rapport au Président Craven qui se chargera des relations diplomatiques avec le St Empire. Mais si comme vous le dites, le St Empire a délibérément proposé ses armes à Al-Merah dans le but de porter atteinte à la sécurité nationale du Sunrise et du CED, je crois que la guerre primera très vite sur la diplomatie. »

La directrice sort de la pièce et se dirige vers le bureau du Président Craven, elle lui explique alors la situation et le Président s’indigne :

« Le Saint Empire ???? Mais comment auraient-ils pu faire une chose pareille ? Je veux bien croire que le Sunrise n’entretient pas de très bonne relations avec le St Empire, mais delà à nous mettre des battons dans les roues, je ne comprends pas.

-La directrice : Vous savez, ils sont fêlés là-bas, même si nous ne sommes pas véritablement en guerre contre eux, cela ne m’étonnerais pas venant de leur part.

-Le Président Craven : Ou alors, ils ont été victimes d’une embuscade comme nous.

-La directrice : C’est justement sur ça qu’on enquête.

-Le Président Craven : Je vais m’entretenir avec l’Empereur du St Empire, mieux vaut entendre sa version avant de lancer quoi que ce soit. »

Il n’aura pas le temps de contacter le St Empire et tandis que les hommages nationaux se profilent à l’horizon concernant le premier ministre défunt,  le Président Craven sort et part rendre visite au Président Howard.

Le lendemain, c’est le jour des hommages pour le premier ministre. De nombreux chefs d’états sont présents afin de saluer l’action de l’ancien premier ministre. La sépulture aura lieu en la cathédrale de Tokyo puis le premier ministre sera enterré au cimetière de l’est, dans le 2nd arrondissement de la ville. C’est alors que le Président du Sunrise tient un discours :


RP militaire partie 6


Le lendemain, une minute de silence est observée dans tout le pays en hommage aux victimes. Une cérémonie est tenue par l’archevêque dans le but de rendre hommage aux citoyens tués dans l’attaque. Entre temps, le bilan s’est alourdis et fait état de 121 morts. Pendant ce temps, dans la salle de crise du centre de commandement de l’armée, les dirigeant du Sunrise sont en réunion et traitent les infos des services secrets lorsqu’une transmission est reçue :


-Technicien des coms : Monsieur le secrétaire, nous recevons en ce moment même une transmission venant du fin fond du Monde GC.

-Le ministre des affaires étrangères : Acceptez- la. »

A l’écran apparait le chef des terroristes, les ministres étonnés font un bon et le ministre des affaires étrangères s’exclame :

« Que voulez-vous, pourquoi nous avez-vous contacté, vous n’avez vraiment pas froid dans le dos.

- Terroriste : Vous êtes étonné de me voir hein, si je vous contacte, c’est parce que je sais pertinemment que vous nous chercherez et nous traquerez jusqu’au bout. J’aimerais alors vous proposer un marché.
- Ministre des affaires étrangères : Parce que vous vous imaginez qu’on va vous invitez à boire un coup au Sunrise après ce que vous avez fait ? Ou que nous allons accepter votre marché bidon ? Navré, mais le Sunrise ne traite pas avec les terroristes. Les morts se comptent par centaines, je suppose que vous êtes content de votre coup ?
- Terroriste : Il faut que vous sachiez une chose, c’est que nous n’étions pas seuls a préparer cet attentat contre votre pays, un pays nous y a aidé.
- Ministre des affaires étrangères : Que voulez-vous dire ?
- Terroriste : Je veux être sur que vous abandonnerez toutes poursuites contre nous en échange de ces informations cruciales.
- Ministre des affaires étrangères : Et qu’est-ce qui nous prouve que vous n’allez pas, une fois de plus, nous rouler dans la farine ?
- Terroriste : Vous avez tout à y gagner, j’ai tout à y perdre, c’est vous qui voyez, mais je peu vous assurer que ces infos vous ferrons réfléchir sur la manière de vous en prendre à nous.
- Ministre des affaires étrangères : Bon d’accord, allez-y
- Terroriste : Donnez-moi votre parole que vous abandonnerez toutes les poursuites contre nous.
- Ministre des affaires étrangères : Oui vous l’avez
- Terroriste : Vos services secrets ont déjà du s’en rendre compte, si ce n’est pas le cas, alors vous êtes des incompétents. Savez-vous d’où proviennent les armes que nous avons utilisé contre vous ?
- Ministre des affaires étrangères : Oui, nous avons bien vu qu’elles venaient d’IDS, mais ce n’est pas une raison pour incriminer le St Empire, on sait pertinemment de quoi vous êtes capable. Et pourquoi le St Empire aurait-il eu intérêt à perpétrer un attentat qui plus est contre deux pays qui sont plus puissant que lui ? »

Le terroriste dévoila alors de précieuses informations incriminant le Saint Empire indiquant que celui-ci avait tout à gagner de la destruction du Sunrise et du CED. Le Sunrise tout d'abord qui a des relations tendues avec l'Empire depuis l'affaire OverGreen, et enfin le CED qui de part sa nature communiste est un ennemi idéologique du capitaliste impérial (la dénomination de Cocoland ne peut que confirmer cela).
Peu avant de terminer, l'état major du CED vient de récupérer les coordonnées de la position du chef terroriste, celui ci se trouve au dessus de l'océan en fuite vers le Saint-Empire. Les dirigeant du Sunrise, littéralement retournés par ces informations ne savent plus sur quel pied danser.

- Terroriste : vous savez tout, je veux maintenant que vous laissiez tomber les charges contre nous.
- Ministre des affaires étrangères : Vous n’êtes pas en position de force, alors n’exigez rien avant je ne change d’avis. »

Le lendemain, le ministre des affaires étrangères décide d’en parler au Président Craven. Il arrive au palais présidentiel, va vers le bureau de celui-ci et frappe :
« Le Président : Entrez ! »
Le ministre entre alors, le Président est en pleine réunion avec ses plus proches conseillers :

« Ministre des affaires étrangères : Bonjour Monsieur le Président.
- Président : Ah, bonjour Brad, quelles nouvelles m’apportez vous ?
- Ministre des affaires étrangères : Ce ne sont pas de bonnes nouvelles
- Président : Comment ça ? »

Le ministre des affaires étrangères explique alors l’allocution de la veille avec le terroriste. Il informe le Président des preuves irréfutables contre le Saint empire. Le Président s’écrase sur son siège, reste immobile pendant quelques secondes  avant de s’adresser à son conseiller militaire, aussi chef d’état major :

« Président : William, qu’en pensez vous, ces preuves sont indéniables effectivement, maintenant, ces terroristes sont rusés, et ils nous faut prendre ces informations avec la plus grande précaution.
- Ministre des affaires étrangères : Si je puis me permettre Monsieur le Président, monter de telles preuves contre un empire est très difficile, et le bluff encore plus. De plus, il ne faut pas oublier les preuves que nous avons au départ comme quoi les armes ont été fournies par IDS, ce qui incrimine directement le St Empire.
- Conseiller militaire : Je pense effectivement, Monsieur, que les preuves que nous détenons contre le Saint Empire sont une raison très valable d’accuser celui-ci, et le témoignage du terroriste à ce sujet appuie nos résultats, c’est indéniable.
- Président : J’espère que vous songez aux répercutions diplomatiques d’une attaque contre le Saint Empire, si nous faisons cela, nous risquons fortement d’y laisser des plumes et de plus, nos relations amicales avec le Queensland risquent d’en prendre un coup.. Je vais parler avec le Président Cédois sur cette éventualité, et je vous redis. Merci messieurs. »

Le Président Craven prend aussitôt le téléphone afin de s’entretenir avec le Président Cédois :

«Président Craven : Bonjour Monsieur le Président, comment-allez-vous ?
- Président Cédois : Bonjour, bien et vous ?
- Président Craven : Très bien merci, je vous appelle au sujet du St Empire.
- Président Cédois : J’avais aussi à vous parler à ce sujet, qu’avez-vous à me dire ?
- Président Craven : Nous avons des preuves irréfutables contre le St Empire et nous questionnons sur l’éventualité d’une intervention militaire là-bas. Mais si cela devait arriver, il est clair que ce ne serait pas sans vous.
- Président Cédois : Quelles preuves avez-vous ?
- Président Craven : Eh bien nous savons que les armes utilisées lors de l’attentat contre le palais présidentiel sont des armes d’IDS Corp. Et nous avons eu le témoignage d’un des terroristes qui n’a fait que confirmer nos dires. D’après mes plus proches conseillers, ces preuves tiennent la route car il serait très difficile de bluffer dans un tel contexte. Il a demandé que nous les laissions en paix en échange des ces informations, ce qui est hors de question bien entendu.
- Président Cédois : Nous avons également des preuves comme quoi la bombe qu’ils ont tenté de faire exploser sur Videlle est un produit d’IDS, très perfectionné et hors de prix pour une petite multinationale comme Al-Merah. Les deux tiers des armes ont également été fournies par IDS, cela ne fait donc aucun doute, le Saint Empire est derrière tout ça.
- Président Craven : Pensez-vous que nous devrions prendre l’avis du Saint Empire sur la question ?
- Président Cédois : Il faut bénéficier de l’effet de surprise et si vous essayez de contacter le pays, je doute que vous soyez bien reçu étant donné nos relations avec lui.
- Président Craven : Vous avez certainement raison, je vais réunir le conseil de guerre demain, et nous statuerons sur la question. »

Le Lendemain, le conseil de guerre se réunis sur ordre du Président. Le Président préconise une guerre contre le Saint Empire. Après une réunion qui durera toute la journée, le conseil statue et rend son verdict. Sur les douze membres constituant le conseil, sept désapprouvent l’intervention militaire au Saint Empire, tandis que les autres l’approuvent. Le Président rendra sa décision le lendemain et décidera de déclarer la guerre au Saint Empire, sur approbation du conseil de sécurité de Philicie qui est aussitôt réuni. Le Sunrise dévoile ses preuves :

«  Président Craven : Vous le savez tous, le Sunrise a délibérément été attaqué il y a quelques jours par une multinationale connue mondialement : Al-Merah. Depuis maintenant une semaine,  nos services secrets ont réuni pas mal de preuves à ce sujet, des preuves qui nous ont conduit a incriminer aujourd’hui le Saint Empire. Le Président dévoila alors les preuves contre le Saint Empire. Les réactions ne se font pas attendre :

«  Un chef d’état major Urbanien : Je ne comprend pas, vous vous basez sur un témoignage de terroriste et sur quelques preuves à mon sens assez légères pour déclarer la guerre à un pays comme le Saint Empire ?
- Président Craven : Nous ne nous basons pas uniquement sur le témoignage d’un terroriste, les preuves comme quoi des armes provenant d’IDS Corp. ont été utilisées pour les attentats au CED et au Sunrise sont irréfutables.
- Chef d’état major : Et qu’est-ce qui vous prouve que ces armes n’ont pas été dérobées au Saint Empire ?
- Président Craven : Dérobées ? Vous avez déjà fait deux km à la nage dans une rivière infestée d’alligators Monsieur ? Eh bien c’est pareil. Le Saint Empire affectionne tout particulièrement son armée, et les centres d’IDS sont des forteresses quasi infranchissables sans autorisation. Et la bombe atomique sur Videlle ? Vous pensez réellement qu’une bombe atomique d’une telle puissance puisse être dérobée comme une friandise à la boulangerie du coin ? Nous savons très bien comment sont gardés les entrepôts d’IDS et savons qu’ils sont tellement bien gardés qu’il est impossible pour une petite multinationale sous développée d’y pénétrer.

Les débats se poursuivront jusque tard dans la soirée mais finalement, c’est vers un vote positif que s’oriente le conseil de sécurité de l’UP.



Le lendemain, l’ordre est donné par le Président Craven et une flotte croisant au large de l’Océania se dirige droit vers le St Empire, parallèlement, une flotte du CED croisant non loin du continent vient également renforcer les troupes du Sunrise. Pendant ce temps, à bord d’un cuirassé Sunrisien :

« Le capitaine :Si jamais on entre en guerre, on va y laisser des plumes, bien qu’on soit supérieur à eux en nombre et en force. »

La flotte Impériale est immédiatement mise en état d’alerte, le rapport transmis par les gardes cotes indique que les deux armées se dirigent vers Zéroing City. L’Empereur du Saint Empire est immédiatement mis au courant par le chef du gouvernement Impérial, le Main de l’Empereur :

Toc toc toc

« L’Empereur : Entrez. »

Arrive alors la Main de l’Empereur :

«Main de l’Empereur : Bonjour Monseigneur
- Empereur :Bonjour, je te sens inquiet…
- Main de l’Empereur : Notre pays est entré en guerre aujourd’hui même.
- Empereur : Comment ça ? Explique moi donc cela Maverik
- Main de l’Empereur : les flottes du Sunrise et du CED se dirigent droit vers Zeroing City, quant à leurs motivations, on pense que c’est en rapport avec les attentats du Sunrise et du CED, il y a trois semaines. Des armes d’IDS auraient été retrouvées par les autorités du Surise et du CED.
- Empereur : Des armes d'IDS ? C'est impossible, nous ne vendons pas d'armes à des groupes supposés terroristes, et tu sais très bien que je suis à cheval sur cette règle d'or. C'est le coup à se tirer une balle dans le pied, tu vends des armes qui peuvent finir par se retourner contre toi.
Quel genre d'armes ont été retrouvées ?
- Main de l’Empereur : Des armes lourdes, principalement des fusils d’assaut dernière génération, des mitrailleuses, et des composants atomiques qui ont du permettre aux terroristes de fabriquer une bombe atomique.
- Empereur : Une bombe atomique, rien que ça. Il faut impérativement entrer en contacte avec le Sunrise et le CED mais avant, je vais m’entretenir avec le Queensland.
- Main de l’Empereur : Bien Monseigneur

Alors que la Main de l'Empereur s'apprêtait à sortir de la pièce :

«  Empereur : Maverik ?
-  Main de l'Empereur : Oui monseigneur ?
-  Empereur : Envoie Laura à l'abri au palais de Constantinopolis, je n'ai pas envie de lui faire courir davantage de risques, surtout qu'elle porte notre futur héritier.
-  Main de l'Empereur : Je m'en charge immédiatement. Puisse Sol Invictus nous être favorable. »

L’Empereur est aussitôt mis en relation avec John Phill Natsukan et lui explique la situation :

« Empereur :Bonjour je suis désolé de vous transmettre des nouvelles plutôt inquiétantes par le biais de cette
ligne privée que nous avons depuis toujours. Je me dois de vous faire part des craintes que j'ai actuellement
face au derniers événements survenus au Sunrise et au CED.
Je pense que vous êtes déjà informé de cette crise qui se mitonne actuellement
visant une fois de plus le Saint Empire.

- Prince du Queensland : Effectivement mon cher ami je suis de très prêt le déroulement de cette crise  tres délicate. Comme vous le savez, la Principauté du Queensland reste et restera toujours solidaire du Saint Empire dans ces moments. Inutile de vous redire que les forces armées du Queensland sont en alerte maximum depuis ces derniers jours. Comme prévu nous devons nous entretenir cette semaine à la base tactique de Lysevill pour coordonner une défense voir une riposte immédiate. D'autre part je suis actuellement dans l'attente d'un contact avec le Président par intérim Bill Craven au sujet de cette crise. En effet j'entretiens depuis quelques temps de très bon rapports amicaux avec Mr Freddy Howard que j'ai rencontré en personne lors de ma précédente visite au Sunrise.

- Empereur :,Je suis conscient des relations que vous entretenez actuellement avec le gouvernement du Sunrise Si une possible voie vers une concertation pouvait être amenée cela serait une possible ouverture pour un dénouement plus calme de cette crise, une prise d'accords qui permettrait de désengager ce processus. »

L’allocution est interrompue et l’Empereur du Saint Empire décide de contacter immédiatement le Président du Sunrise, pendant ce temps, dans la salle de commandement des armées du pays :

« Informaticien : C’est pour vous Monsieur le Président, je vous mets immédiatement en relation, il s’agit de l’Empereur du Saint Empire.

- Président Craven : Bonjour Monsieur Carter, je dois dire que je suis étonné de vous parler étant donné les massacres auxquels nous avons eu à faire face au Sunrise par votre faute.
- Empereur : Monsieur le Président, je viens négocier avec vous l’arrêt total des hostilités contre le St Empire.
- Président Craven : Et pourquoi ? Vous êtes sans doute conscient des motivations qui nous ont poussé à venir vous déclarer la guerre par surprise ?
- Empereur :Oui et je viens vous prouver que nous y sommes pour rien dans vos attentats. Il s'agit d'un piège des terroristes qui va aboutir si vous attaquez l'Empire.
- Président Craven : Pourquoi ? Les armes d’IDS utilisées pour les attentats ne sont pas arrivées seules entre les mains des terroristes ?
- Empereur : Ne n'avons pas la moindre idée d'où proviennent ces armes, nous disposons d'une liste regroupant tous les clients de la compagnie. Celle ci est sûre et peut vous prouver notre bonne foie . Si vous nous attaquez, vous y laisserez de nombreux soldats, il faut vous y attendre, de plus, le Queensland est actuellement en route (du moins je l’espère) pour venir nous prêter main forte. C’est le pacte de Torrence qui l’y oblige. Vous avez de bonnes relations avec le Queensland, Monsieur Craven, se serait dommage de détériorer cela. De plus, cette guerre sera un véritable carnage si le Queensland s’en mêle. Je vous demande de réfléchir à ce que vous êtes en train de faire Monsieur le Président, pensez-vous que la parole d’un Empereur prime sur la parole d’un terroriste, moi je pense que oui. »

Le Président Craven hésita un moment avant de reprendre :

«  Très bien, nous allons étudier votre proposition et prévenir le CED. Nous mettons l’armée en stand bail pour le moment. Mais sachez que si vous mentez, alors, il n’y aura plus de négociation possible
- Empereur : Vous avez tout à y perdre dans cette guerre, et moi aussi, pourquoi vous mentirais-je ?
- Président Craven : on verra ça. »

L’allocution est interrompue, immédiatement, le Président Craven décide de contacter sur une ligne sécurisée le Président Cédois et lui expose le problème. Le Président Cédois acceptera alors également de mettre l’armée en stand bail sous certaines conditions.




La septième et dernière partie bientot Smile


Dernière édition par Gandalf le Dim 15 Oct 2017 - 21:55, édité 15 fois
avatar
Gandalf
Modérateur
Aucun
Messages : 7560

http://sunrise-officiel.wix.com/sunrise#!gouvernement/chwp
Re: [OFFICIEL] RP militaire , le Mar 3 Juin 2014 - 22:31
Le Lendemain, les services secrets entrent en action et mènent leur enquête au Saint Empire. Une enquête qui durera trois jours, toutes les preuves de la bonne fois du Saint Empire sont relevées comme les fichiers informatiques classant toutes les armes du pays, mais faisant également part des vols ou autres incidents. A la fin de l’enquête, la directrice des services secrets prend la parole au palais présidentiel de Tokyo :

« Nous avons inspecté avec la plus grande minutie toutes les infos qui nous ont été données par le Saint Empire et il s’avère que celui-ci a su nous convaincre de nous replier. L’Empire a clairement été victime d’une machination odieuse de la part des terroristes. Un montage dont que personne n’aurait pu déchiffrer si nos services secrets et ceux du CED n’avaient pas travaillé main dans la main. Un point positif ressort tout de même de cette enquête, à savoir l’identité du chef des terroristes que nous avons identifiée. Il s’agit d’Abi Nadir, ancien membre d’overgreen, radié de celle-ci après une tentative d’attentats contre le Saint Empire. De son côté, le Saint Empire n'a pu établir des liens entre l'armement des terroristes et IDS, mais émet des soupçons vis à vis de certains membres du haut-conseil d'administration.
En revanche, les services secrets de l'Empire, avec l'aide de la marine impériale, ont réussi à trouver l'origine du tir de missile ayant abattu l'hélicoptère d'Abi Nadir, il a été tiré depuis l'île où furent jadis déportés les ex-condamnés à mort lors de l'incident Overgreen. La priorité maintenant est concrètement de dénicher ces terroristes et de leur faire payer ce qu’ils ont fait subir au Sunrise et au CED. »



L’île est rapidement localisée et la question est, combien sont-ils, et comment sont-ils armés ? Rapidement, des éclaireurs se trouvant à proximité se rendent sur place et évaluent la tache. Les terroristes sont nombreux et lourdement armés du fait des vols au sein d’IDS. L’île se situe à 500 kms au sud de la pointe sud de l’Océania. Rapidement, les trois flottes du CED, du Sunrise et du Saint Empire se tiennent prêtes à intervenir. Le lendemain, le départ est donné pour trois jours de navigation. Pendant ce temps, à l’hôpital militaire de Tokyo, l’état du Président Howard semble se stabiliser. Les opérations ont beaucoup affaiblies le Président physiquement et il est loin d’être tiré d’affaire, mais son état est stable.

Trois jours plus tard, les flottes du Sunrise, CED et Saint Empire arrivent en vue des cotes de l’îarchipel de Suma. L’opération baptisée Marauder est donc officiellement lancée. Cette opération vise à prendre possession de l’île et d’y éjecter les terroristes. Les trois flottes sont placées en état d’alerte. Le Sunrise, arrivé sur place avec cinq cuirassés, deux destroyers, deux portes avions et 5 000 hommes ; la République Soviétique du CED, arrivée un porte avion, un sous marin nucléaire et un groupe d'intervention spécialisé composé de 10 000 hommes et le St Empire, quant à lui arrivé avec 15 000 hommes, 2 méga tanks, 5 cuirassés. Le but étant de prendre l'île rapidement. Sur l'île, 50 000 terroristes siègent. A 5H du matin, heure locale, l’assaut est lancé A bord d’un porte avion Sunrisien :

« Colonel Branx : Envoyez les bombardiers et nettoyez moi cette cote, il faut leur f***** un grand coup de la tronche pour qu’ils ne puissent pas se relever.
- Commandent de bord : Bien mon colonel, mettons leur en plein la vue. »
Des dizaines de bombardiers décollent et viennent bombarder dans un premier temps les défenses anti aériennes des terroristes. L’opération est un succès, 13 bombardier seront tout de même détruits dans l’attaque mais et cinq pilotes tués. Le bombardement durera 3H. Au même moment, les sous marins nucléaires du CED se chargent des éventuels bateaux présents dans le port de l’île. A 8H, c’est l’accostage, les hommes des trois armées se précipitent sur la plage et sont appuyés par les cuirassés Sunrisiens, des cris se font entendre, pendant ce temps, au centre de commandement de l’armée, à Tokyo, le Président Craven par intérim suit de près l’intervention, il demande à prendre contact avec un chef d’état major des armées présent sur place :

« Président Craven : Comment ça se passe, est-ce l’armée progresse ?
- Chef d’état major : Oui, la phase 1 de l’opération est un succès, les défenses anti-aériennes des terroristes ne sont plus et les hommes sont en train de lancer l’assaut sur l’île au moment ou je vous parle.
- Président Craven : Bien, quelles sont nos pertes ?
- Chef d’état major : Pour l’instant, 13 bombardiers y ont laissé leur peau, dont 5 pilotes, mais cela a permis à l’armée d’accoster le littoral en toute sécurité, ou presque.
- Président Craven : Très bien, tenez-moi au courant de la suite des événements.
- Chef d’état major : Bien Monsieur. »



A la fin de la première journée, les trois armées ont pénétré de 5 kms l’intérieur de l’île, les méga tanks du Saint Empire n’auront pas eu de mal à écraser tout ce qui se trouve en travers de leur chemin. Un camp est battit tandis que les terroristes se retranchent au centre de l’île. Concernant les pertes, 176 soldats ont laissé leur vie dans cette première journée de combat. Le second jour sera le jour de la consécration pour les trois armées. Leurs puissances de feu considérables et leurs avantages technologiques face aux terroristes ne leurs laissent que très peu d’espoir. En une journée, le centre de l’île est atteint qui abrite le centre de commandement de l’organisation paramilitaire :

« Un terroriste : Nous sommes encerclés, Monsieur, que peux-ton faire ?
- Chef : Nous n’allons pas nous laisser faire aussi facilement, sortez les armes de notre bien aimée IDS corporation, on va les arroser un peu. »



Les trois armées se font repousser dans un premier temps, mais c’est sans compter sur les bombardiers Sunrisiens qui se feront un plaisir de détruire ces armes. L’assaut est lancé, les terroristes sortent en masse du centre et c’est une bataille quasi corps à corps qui va se jouer. Dans le centre de commandement, les généraux s’inquiètent :

« Un des généraux : Nous n’allons pas faire long feu, ils viennent de détruire nos armes les plus puissantes et leur armées sont bien plus efficaces et bien plus nombreuses que nos terroristes, regardez-les, nos hommes se font tirer comme des lapins.
- Chef des terroristes : Oui, c’est vrai, nous sommes bel et bien perdu, mais le but maintenant est de mourir en héros, il faut leur en faire baver au Sunrise, au CED et au Saint Empire, il faut leur rendre la monnaie de leur pièce !! »
Après trois heures d’acharnement, les trois armées parviennent à entrer dans le centre de commandement.
Les généraux présents dans le centre sont faits prisonniers et interrogés par les services secrets du Sunrise, du CED et du Saint Empire. Les armées des trois pays prennent ensuite le contrôle du centre de commandement. L’assaut de l’île, qui n’aura duré que 48h, aura tout de même couté la vie à 872 militaires, toutes armées confondues. L’opération Marauder est un succès, le Président Craven, au téléphone avec le chef d’état major sur place :



« Je vous félicite, vous avez fait du bon boulot, maintenant, j’espère que le nombre de soldats morts au combat n’est pas trop important ?

- Chef d’état major : Notre bilan provisoire fait état de 292 soldats Sunrisiens tués et 13 bombardiers abattus . Mais dans l’ensemble, cette guerre va nous couter couté beaucoup moins cher qu’une guerre ouverte avec le Saint Empire.
- Président Craven : Très bien, je vais de ce pas m’adresser à la nation. Mais ne nous reposons pas trop vite sur nos lauriers. L’opération de prise de contrôle du QG de l’île est un succès, mais les terroristes ne sont pas tous éradiqués et ils seront amenés à nous jouer des tours. »

Pendant plusieurs semaines, les trois nations St Empire, Sunrise et CED, qui ont rapatrié une partie de leur soldats , découvrent l’horreur de cette île. Des populations indigènes vivant au rythme des sauts d’humeur des terroristes. Des habitants sont interrogés et décrivent le supplice des génocides incessants, des corps d’enfants, d’adultes et de vieillards sont retrouvés. La famine persécute les populations. Les soldats n’en sont pourtant qu’au début de ce qu’ils vont découvrir. Le Président Craven décide immédiatement d’envoyer des vivres et surtout des médecins sur place afin de subvenir aux besoins des indigènes au nombre d’environ 20 000 sur l’île.



Remerciements


Merci au CED et au Saint Empire pour leur participation (Uzil et Cedric666), merci aux autres pays d'avoir joué le jeu jusqu'au bout et d'avoir participé, jamais ce RP n'aurait été possible sans vos réactions. Ce RP n'est pas terminé, loin de là, l'Archipel baptisé Suma sera désormais rattaché à notre RP avec accord du Haut conseil. Et nous nous orientons sur du long terme pour ce qui est de l'intervention militaire sur ces terres.

Merci a tous Very Happy


Dernière édition par Gandalf le Lun 16 Juin 2014 - 20:56, édité 2 fois
avatar
galyie
Directeur de la Culture GéCéenne
Aucun
Messages : 1636

Re: [OFFICIEL] RP militaire , le Mer 4 Juin 2014 - 12:21
Exceptionnel, on peut pas dire qu'il manque d'action, c'est une belle histoire que vous écrivez, tout à fait logique bien que tragique.


Elysa Swan Margaret Ière, Impératrice de l'Empire Carnackien
avatar
Gandalf
Modérateur
Aucun
Messages : 7560

http://sunrise-officiel.wix.com/sunrise#!gouvernement/chwp
Re: [OFFICIEL] RP militaire , le Mer 4 Juin 2014 - 12:44
Merci Galyie, et ce n'est que l'échauffement Wink
avatar
Speak
Directeur des Médias et Communication

Messages : 3683

Re: [OFFICIEL] RP militaire , le Mer 4 Juin 2014 - 13:29
C'est de la bombe *-*
avatar
Myname
Conseiller OCGC
Nombre d Eiffel remportés Arrivé 2e des Jeux Olympiques d Hinvernia 2013
Messages : 8879

http://squirrel.romukulot.fr/
Re: [OFFICIEL] RP militaire , le Mer 4 Juin 2014 - 13:49
Ca fait peur :aie:


avatar
Gandalf
Modérateur
Aucun
Messages : 7560

http://sunrise-officiel.wix.com/sunrise#!gouvernement/chwp
Re: [OFFICIEL] RP militaire , le Mer 4 Juin 2014 - 22:42
Partie 3 en ligne, bonne lecture

et merci pour vos coms
avatar
locko
El Loco

Messages : 8126

https://thenation2017.wordpress.com/
Re: [OFFICIEL] RP militaire , le Mer 4 Juin 2014 - 22:49
Hé ben vous en avez de l'inspiration :aie:


avatar
Geoff35340
Membre Émérite
Dirigeant du Brocélia 1
Messages : 3421

Re: [OFFICIEL] RP militaire , le Jeu 5 Juin 2014 - 10:38
Un café avec deux sucre :aie:


Président de la République Brocélienne - Membre de l'Union Philicienne
Prezidant ar Republik Broećeliann - Stad ezel ar Unaniezh Philićiann


avatar
Jimmy Rab
Membre Chevronné

Messages : 617

Re: [OFFICIEL] RP militaire , le Jeu 5 Juin 2014 - 15:45
Je me suis bien diverti, c'est du très beau boulot !



La liberté est notre richesse !
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum