Le fil d'actu GC
Accéder au site
Accéder au site
Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
banane1234
Membre Émérite
Aucun .
Messages : 5665

Histoire du monde de WOW, le Lun 8 Juil 2013 - 4:07
Je fait ce post pour que vous compreniez l'histoire de ce monde(et en partie aussi car il y a des bout d'histoire dans l partie image) pour la comprendre voici l'histoire.

ATTENTION: toute ces informations serons prise sur les site de WikiWoW.

Chapitre I. La Création du Monde

Les Titans et l'agencement du monde:

Nul ne sait au juste comment l'univers est né. Selon certains, une gigantesque explosion cosmique a envoyé les mondes infinis tourbillonner dans les espaces immenses du Grand Néant. Ces mondes allaient un jour porter la vie dans une immense et impressionnante diversité. D'autres pensent que l'univers, tel qu'il existe aujourd'hui, a été créé par un être tout-puissant. On reste sans explication définitive quant aux origines de l'univers chaotique, mais il est certain qu'une race d'êtres puissants s'est dressée pour donner une forme aux différents mondes et pour assurer un avenir aux êtres qui suivraient leurs traces.
Les colossaux Titans, dieux à la peau métallique venus des confins du cosmos, commencèrent à façonner les mondes qu'ils rencontraient. Ils élevèrent de hautes montagnes et drainèrent de vastes océans. Ils bâtirent des cieux et des atmosphères de leur souffle dans le but impénétrable de créer l'ordre dans le désordre. Ils donnèrent même une certaine puissance à des races primitives pour entretenir leur travail et maintenir l'intégrité de leurs mondes respectifs. Les Titans, dirigés par une secte d'élite nommée le Panthéon, mirent en ordre une centaine de million de mondes disséminés dans le Grand Néant pendant les premiers âges de la création.

Le bienveillant Panthéon, cherchant à sauvegarder les mondes structurés, restait vigilant aux possibles attaques des viles créatures extra-dimensionnelles du Néant Distordu. Il s'agissait d'une dimension éthérée faite de magie chaotique qui connectait les myriades de mondes de l'univers. Il abritait un nombre infini d'êtres démoniaques et maléfiques qui ne cherchaient qu'à détruire la vie et dévorer les énergies de l'univers vivant. Les Titans, au cœur pur et altruiste, incapables de concevoir le mal sous quelque forme que se soit, luttèrent pour mettre fin à la menace constante des démons.

Sargeras et la Trahison:

Pour combattre les entités démoniaques qui avaient trouvé leur chemin vers les mondes des Titans depuis le Néant Distordu, le Panthéon élut le plus grand guerrier, Sargeras, et lui confia la charge de défendre le bien. Sargeras, noble géant de bronze fondu, remplit sa tâche pendant d'innombrables millénaires, cherchant et détruisant les démons partout où il pouvait les trouver. Par delà les éons, Sargeras rencontra deux races démoniaques puissantes, toutes deux régies par l'appétit de puissance et désireuses de dominer l'univers physique. Les Eredar, race sournoise de sorciers démoniaques, utilisèrent leur magie impie pour réduire en esclavage de nombreux mondes qu'ils avaient envahis. Les races indigènes de ces mondes furent transformées par les pouvoirs chaotiques des Eredar et devinrent elles-mêmes démoniaques. Les pouvoirs presque sans limite de Sargeras étaient bien suffisants pour détruire les ignobles Eredar, mais le Titan fut troublé par la corruption de ces créatures et par le Mal qui consumait tout sur son passage. Incapable de comprendre cette dépravation et cette malveillance, le grand Titan tomba dans une dépression sans fin. En dépit de son malaise grandissant, Sargeras chercha à débarrasser l'univers des sorciers à jamais, en les enfermant dans une cellule de vide au cœur du Néant Distordu.
Alors que sa confusion et sa dépression s'approfondissaient, Sargeras dut faire face à une autre tentative massive pour perturber l'ordre des Titans. Les Nathrezim, une race obscure de démons vampiriques (également connus sous le nom de Seigneurs de l'effroi) apparut dans le but de conquérir un monde populeux en possédant ses habitants et en les transformant en ombres. Les immondes comploteurs avaient dressé des nations les unes contre les autres en les manipulant par la défiance et la haine aveugle. Sargeras vainquit les Nathrezim facilement, mais il fut profondément affecté par leur corruption. Le noble Sargeras, incapable de lutter contre les doutes et le désespoir frénétiques qui accablaient sa raison, perdit sa foi non seulement en sa mission mais aussi en la vision d'un univers ordonné élaborée par les Titans. Sargeras commença à croire que le concept même d'ordre était pure démence, et que le chaos et la dépravation étaient les seuls absolus dans le vaste univers sombre et solitaire. Les autres Titans tentèrent de le convaincre de son erreur et de mettre du baume sur son cœur meurtri, mais il repoussa leurs arguments comme de simples illusions. Sargeras quitta leurs rangs pour toujours afin de trouver sa propre place dans l'univers. Le Panthéon fut attristé de son départ mais ne pouvait imaginer ce qu'il adviendrait de lui.

Tandis que la folie de Sargeras détruisait les derniers vestiges de son noble esprit, il commença à penser que les Titans étaient les vrais responsables de l'échec de la création. Il décida finalement de détruire leur travail à travers tout l'univers et il commença à rassembler une armée invincible qui nettoierait l'univers physique par le feu. Même la forme gigantesque de Sargeras fut transformée par la corruption qui gangrenait son cœur naguère noble. Ses yeux, ses cheveux et sa barbe devinrent des foyers ardents et sa peau de bronze s'ouvrit pour révéler une fournaise sans fin de fureur et de haine. Dans sa folie, Sargeras ouvrit la prison des Eredar et des Nathrezim et libéra les infâmes démons. Rusés, les démons s'inclinèrent devant la colère sans borne et le pouvoir du Titan, s'offrirent à lui et lui promirent de le servir de toutes les manières qu'ils pourraient.

Dans les rangs des puissants Eredar, Sargeras choisit deux champions pour commander son armée démoniaque destinée à détruire. Kil'jaeden le Trompeur fut choisi pour trouver les races les plus sombres de l'univers et les attirer dans l'ombre de Sargeras. Le second champion, Archimonde le Profanateur, fut choisi pour conduire les vastes armées de Sargeras au combat contre quiconque se dresserait contre le Titan noir. Le premier acte de Kil'jaeden consista à placer les Seigneurs de l'effroi sous son terrible pouvoir. Les Seigneurs de l'effroi devinrent ses agents préférés et sa garde d'élite à travers l'univers. Ils prenaient plaisir à leur travail, qui consistait à trouver des races primitives susceptibles d'être corrompues par leur maître. Le premier des Seigneurs de l'effroi était Tichondrius le Sombre. Tichondrius était un soldat parfait pour Kil'jaeden et accepta de porter la volonté embrasée de Sargeras jusqu'aux confins de l'univers. Le puissant Archimonde utilisa également ses propres agents. Il fit appel aux maléfiques Seigneurs des abîmes et à leur abject dirigeant, Mannoroth, espérant forger une élite de combat capable de tuer toute vie dans la création. Sargeras, voyant que ses armées étaient rassemblées et prêtes à suivre ses ordres, lança ses forces tempétueuses dans les immenses étendues du Grand Néant. Il décida de nommer son armée sans cesse plus nombreuse la Légion ardente. On ne sait toujours pas à ce jour combien de mondes ont été consumés et brûlés dans cette croisade impie à travers l'univers

L'agencement d'Azeroth:

Ignorant apparemment que Sargeras cherchait à défaire leur gigantesque travail, les Titans continuèrent à se déplacer de monde en monde, mettant en ordre et façonnant chacun d'entre eux comme il leur paraissait convenable. Au cours de leur voyage, ils arrivèrent sur un petit monde que ses habitants appelleraient plus tard Azeroth. Les Titans progressèrent au travers de son paysage chaotique primordial en croisant la route de nombreux êtres élémentaires hostiles. Les élémentaires, qui adoraient les êtres maléfiques et insondables connus sous le nom de Dieux Anciens, firent le vœu de repousser les Titans et de préserver leur monde de leur main métallique.
Le Panthéon, troublé par le penchant des Dieux Anciens pour le mal, envoyèrent leurs forces pour combattre les élémentaires et leurs maîtres noirs. Les élémentaires se battirent férocement, mais leurs pouvoirs ne pouvaient contenir les puissants Titans. Le Panthéon détruisit les citadelles des Dieux Anciens et enchaîna les cinq êtres abjects loin sous la surface de la terre. Le pouvoir des Dieux Anciens n'attachant plus leurs esprits bouillonnants au monde physique, les élémentaires se dissipèrent et retournèrent à l'argile première. Une fois les élémentaires disparus, la nature s'apaisa et le monde devint paisible et harmonieux. Les Titans, s'avisant que la menace avait disparu, se mirent au travail. Les Titans donnèrent pouvoir à de nombreuses races de les aider à façonner le monde. Pour les aider à drainer les cavernes impénétrables sous la terre, ils créèrent les Nains à partir d'une pierre vivante et magique. Pour les aider à contenir les mers et à séparer la terre de l'océan, ils créèrent d'immenses géants des mers, de tempérament doux. Pendant longtemps, les Titans transformèrent et bâtirent la terre, jusqu'à ce qu'il ne reste plus qu'un continent parfait. Au centre du continent, les Titans creusèrent un lac d'énergies scintillantes. Ils le nommèrent Puits d'éternité. Il devait devenir une fontaine de vie pour le monde. Ses puissantes énergies devaient nourrir la structure du monde et permettre à la vie de s'épanouir dans l'humus riche de la terre. Peu à peu, plantes, arbres, monstres et créatures diverses commencèrent à peupler le continent primordial. Lorsque le crépuscule tomba sur leur dernier jour de travail, les Titans nommèrent le continent Kalimdor : la "terre de l'éternelle lumière".

Contents que le petit monde ait été ordonné et que leur travail soit accompli, les Titans se préparèrent à quitter Azeroth. Mais, avant de partir, ils décidèrent de donner aux plus grandes espèces nouvelles du monde le pouvoir de surveiller Kalimdor contre toute menace possible. Chaque membre restant du Panthéon donna une partie de sa puissance aux cinq grands Dragons qui s'éveillèrent en cet âge mythique. Alexstrasza la Porteuse de vie, Malygos le Tisseur de sort, Ysera la Rêveuse, Nozdormu l'Eternel, et Neltharion le Gardien reçurent de grands pouvoirs des Titans et furent chargés de la défense du monde. Ces cinq dragons sont appelés les Aspects. Les Dragons étaient prêts à défendre cette nouvelle création et les Titans quittèrent Azeroth pour toujours. Malheureusement pour eux, et pour le petit monde qu'ils venaient de façonner, Sargeras finirait un jour ou l'autre par découvrir son existence…

Merci de ne parler que du sujet sur ce post.
(si vous dite rien ces pas grave non plus)
Prochainement Chapitre 2 La Naissance des elfe (dans 4 jour)
avatar
locko
El Loco

Messages : 8131

https://thenation2017.wordpress.com/
Re: Histoire du monde de WOW, le Lun 8 Juil 2013 - 17:31
C'est long tout ça :aie:  j'ai lu vite fait mais ça a pas l'air mal


avatar
banane1234
Membre Émérite
Aucun .
Messages : 5665

Re: Histoire du monde de WOW, le Mar 9 Juil 2013 - 13:47
Chapitre 2:La Naissance des elfe.(ces beaucoup plus long que le premier)

Les Kaldorei et le Puits d'éternité

Dix mille ans avant la première guerre entre les Orcs et les Humains, le monde d'Azeroth ne comprenait qu'un seul vaste continent entouré d'immenses océans déchaînés. Cette terre sans fin, nommée Kalimdor, donna naissance à des races et des créatures diverses, qui luttaient toutes pour survivre au milieu des éléments sauvages de ce monde naissant. Au centre de ce sombre continent existait un mystérieux lac d'énergies incandescentes. Ce lac, qui deviendrait un jour le Puits d'éternité, était le véritable cœur de la magie et des puissances naturelles du monde. Tirant ses énergies du Grand Néant par delà du monde, le Puits était comme une fontaine mystique déversant ses énergies puissantes de par le monde pour nourrir la vie dans sa multitude de formes.
Il vint un temps où une tribu primitive d'Humanoïdes trouva son chemin jusqu'aux bords du fascinant lac enchanté. Ces Humanoïdes nomades et sauvages, conduits par les étranges énergies du lac, construisirent des cabanes grossières sur ses berges paisibles. L'étrange tribu fut progressivement affectée par les pouvoirs cosmiques du Puits et y gagna la force, la sagesse et une quasi-immortalité. La tribu adopta le nom de Kaldorei, ce qui signifie "enfants des étoiles" dans sa langue natale. Pour offrir des célébrations à leur société bourgeonnante, les Kaldorei construisirent de grands bâtiments et des temples tout autour du lac.

Les Kaldorei, qui allaient un jour se faire connaître sous le nom d'Elfes de la nuit, adoraient Elune, la Déesse de la lune. Ils pensaient qu'elle dormait dans les profondeurs chatoyantes du Puits pendant la journée. Les premiers prêtres des Elfes de la nuit étudièrent le Puits avec une curiosité inaltérable, cherchant à percer ses secrets et sa puissance cachée. Au fur et à mesure que leur civilisation grandissait, les Elfes de la nuit explorèrent tout Kalimdor et rencontrèrent ses myriades d'habitants. Les seules créatures qui arrêtèrent leur expansion furent les anciens et puissants Dragons. Les grandes bêtes écailleuses vivaient volontiers recluses, mais elles défendaient leurs terres contre toute invasion. Les Elfes de la nuit croyaient que les Dragons étaient les protecteurs du monde et qu'il était préférable de ne pas chercher à leur arracher leurs secrets.

Plus tard, la curiosité des Elfes de la Nuit les conduisit à rencontrer et à se lier d'amitié avec de nombreuses entités puissantes, dont Cenarius, un impressionnant demi-dieu des forêts primitives. Cenarius, dont le cœur était grand, s'attacha aux Elfes curieux et passa beaucoup de temps à leur enseigner les secrets du monde naturel. Les tranquilles Kaldorei développèrent une profonde communion d'esprit avec les forêts vivantes de Kalimdor et prirent goût à l'harmonieux équilibre de la nature.

Au fur et à mesure que les siècles infinis s'écoulaient, la civilisation des Elfes de la nuit grandit en taille et en splendeur. Leurs temples, leurs voies et leurs résidences s'étendaient sur toute la surface du continent. Azshara, la belle Reine douée des Elfes de la Nuit, construisit un palais immense et admirable sur les rives du Puits pour y abriter ses serviteurs favoris dans des couloirs d'émeraude. Ses serviteurs, qu'elle nommait les Quel'dorei, ou "Bien nés", lui obéissaient en tout et se pensaient supérieurs à leurs frères des castes inférieures. Bien que la Reine Azshara fut aimée de tout son peuple avec la même ferveur, les Bien nés étaient en secret jalousés et haïs par les masses.

Partageant la curiosité des prêtres pour le Puits d'éternité, Azshara ordonna aux érudits Bien nés de percer ses secrets et de révéler son rôle véritable dans le monde. Les Biens nés s'immergèrent dans le travail et étudièrent le Puits sans relâche. Ils finirent par développer la capacité de manipuler et de contrôler les énergies cosmiques du Puits. Au fur et à mesure que les expériences leur permettaient de progresser, les Bien nés découvrirent qu'ils pouvaient utiliser leurs nouveaux pouvoirs pour créer ou détruire à volonté. Les malheureux Bien nés découvraient la magie et avaient maintenant pour but d'en acquérir la maîtrise. Ils étaient convaincus que la magie était dangereuse si on l'utilisait de façon irresponsable, mais Azshara et ses Bien nés s'abandonnèrent tout de même complètement au plaisir des sorts. Cenarius et de nombreux érudits Elfes prévinrent que des catastrophes résulteraient nécessairement de cette manipulation infantile d'une magie volatile. Mais Azshara et ses serviteurs continuèrent, entêtés, à développer leurs pouvoirs naissants.

Alors que leurs pouvoirs grandissaient, Azshara et les Bien nés commencèrent visiblement à changer. La classe supérieure, distante et hautaine, devint de plus en plus cruelle et brutale envers ses frères de race. Un voile sombre noircissait désormais la beauté naguère légendaire d'Azshara. Elle s'isola de ses sujets fidèles et refusa tout contact avec qui que ce soit d'autre que ses prêtres Bien nés, en qui elle avait toute confiance.

Un jeune érudit indépendant du nom de Malfurion Hurlorage, qui avait passé le plus clair de sa vie à étudier les effets du Puits, commença à suspecter qu'un pouvoir terrible corrompait les Bien nés et sa Reine tant aimée. Il était incapable de deviner l'horreur à venir mais il savait que la vie des Elfes de la nuit allait changer à jamais...

La Guerre des Anciens

L'utilisation imprudente de la magie fit déborder des spirales d'énergie hors du Puits d'éternité dans le Grand Néant extérieur. Ces traînées d'énergie envahirent le Néant Distordu et furent ressenties par d'effroyables esprits étrangers. Sargeras, le Grand Ennemi de toute vie, le Ravageur des mondes, huma les puissants effluves d'énergie et fut conduit jusqu'à leur lointain point d'origine. Il espionna le monde primordial d'Azeroth et sentit les énergies sans fin du Puits d'éternité. Sargeras en devint fou de désir. Le grand dieu noir du Vide sans nom décida de détruire ce monde naissant et de s'emparer de ses énergies.
Sargeras rassembla sa vaste armée démoniaque, connue sous le nom de Légion ardente, et se mit en route vers le monde paisible d'Azeroth. La Légion, qui comptait un million de démons hurlants rassemblés dans les lieux les plus reculés de l'univers, se mit à bouillonner à l'idée de la conquête. Les lieutenants de Sargeras, Archimonde le Profanateur et Mannoroth le Destructeur, préparèrent les serviteurs infernaux à la grande offensive.

La Reine Azshara, subjuguée par la terrible extase de sa magie, succomba à l'indéniable pouvoir de Sargeras et lui offrit le droit d'entrer dans son monde. Même ses serviteurs Bien nés furent entraînés par l'inévitable corruption de la magie et commencèrent à adorer Sargeras comme leur dieu. Pour montrer leur allégeance à la Légion, les Bien nés aidèrent leur reine à ouvrir un grand portail tourbillonnant dans les profondeurs du Puits d'éternité.

Une fois ses préparatifs terminés, Sargeras lança sa dramatique invasion d'Azeroth. Les guerriers démons de la Légion ardente s'engouffrèrent dans le monde à travers le Puits d'éternité et firent le siège des cités assoupies des Elfes. Menée par Archimonde et Mannoroth, la Légion se répandit sur les terres de Kalimdor, ne laissant que cendres et larmes dans son sillage. Les sorciers démoniaques appelèrent à eux les Infernaux qui s'écrasèrent comme des météorites impies sur les colonnes raffinées des temples de Kalimdor. La Garde maudite, composée d'assassins sanguinaires, traversa les champs de Kalimdor en exterminant tout le monde sur son passage. Des meutes de chiens démoniaques et sauvages ravagèrent les campagnes sans la moindre opposition. Les braves guerriers Kaldorei se précipitèrent pour tenter de défendre leur terre natale, mais ils durent rompre, pouce par pouce, devant la furie meurtrière de la Légion.

La Fracture du Monde

Le jeune érudit Malfurion Hurlorage décida de trouver coûte que coûte de l'aide pour son peuple assiégé. Malfurion, dont le propre frère Illidan pratiquait la magie des Bien nés, était rendu furieux par la corruption grandissante de la classe supérieure. Il persuada Illidan de renoncer à sa dangereuse obsession et il se mit en quête de Cenarius dans le but de rassembler une force de résistance. La belle et jeune prêtresse Tyrande accepta d'accompagner les deux frères au nom d'Elune. Bien que Malfurion et Illidan partageassent un chaste amour pour la noble prêtresse, le cœur de Tyrande appartenait à Malfurion seul. Illidan fut blessé par l'idylle naissante de son frère avec Tyrande, mais savait que sa souffrance n'était rien en regard de sa dépendance à la magie...
Illidan, qui était devenu captif de la fascination magique, luttait pour conserver le contrôle de lui-même, pour repousser l'envie dévorante qu'il ressentait de goûter de nouveau aux énergies du Puits. Cependant, avec l'aide patiente de Tyrande, il parvint à se contenir et il aida son frère à trouver le demi-dieu Cenarius, qui vivait en reclus. Cenarius, qui vivait au sein des Plaines sacrées du lointain mont Hyjal, accepta d'aider les Elfes de la nuit en retrouvant les anciens Dragons et en sollicitant leur appui. Les Dragons, conduits par le grand Léviathan rouge, Alexstrasza, acceptèrent de se porter d'un vol puissant contre les démons et leurs maîtres infernaux.

Cenarius, appelant tous les esprits des forêts enchantées, rallia une armée d'antiques hommes-arbres et les conduisit à l'attaque de la Légion dans une audacieuse opération au sol. Les alliés des Elfes de la nuit convergèrent vers le temple d'Azshara et vers le Puits d'éternité et la guerre totale commença. Malgré la puissance de leurs nouveaux alliés, Malfurion et ses compagnons réalisèrent que la Légion ne pouvait être vaincue par des combattants conventionnels. Tandis que la bataille formidable faisait rage autour de la capitale Azshara, la reine naïve et trompée attendait l'arrivée de Sargeras. Le Seigneur de la Légion se préparait à passer par le Puits d'éternité dans le monde ravagé par la guerre. Son ombre immense s'approchait toujours plus du Puits lorsque Azshara rassembla les plus puissants de ses serviteurs Bien nés. En liant leurs pouvoirs magiques dans un seul sort concentré, ils cherchèrent à créer une porte assez vaste pour laisser passer Sargeras.

Mafurion, convaincu que le Puits d'éternité était le lien ombilical des démons avec le monde physique, insista pour le détruire. Ses compagnons, sachant que le Puits était la source de leur immortalité et de leurs pouvoirs, furent choqués par cette suggestion. Mais Tyrande, comprenant la sagesse des propositions de Malfurion, convainquit Cenarius et les Dragons de prendre le temple d'Azshara d'assaut et de trouver un moyen pour fermer le Puits à jamais.

Sachant que la destruction du Puits l'empêcherait d'utiliser de nouveau la magie, Illidan abandonna le groupe sans scrupule et courut prévenir les Bien nés du plan tramé par Malfurion. Rendu fou par sa dépendance à la magie et par l'amour réciproque de Tyrande et de son frère, Illidan ne ressentit aucun remords à trahir Malfurion et à se ranger du côté d'Azshara et des siens. Qui plus est, Illidan fit le vœu de défendre le Puits par tous les moyens possibles.

Le cœur brisé par le départ de son frère, Malfurion conduisit ses compagnons au cœur du temple d'Azshara. Pourtant, en faisant irruption dans la salle du trône, ils découvrirent que les Bien nés achevaient leur ultime incantation noire. Le sort commun créa un tempétueux vortex de puissance instable dans les profondeurs agitées du Puits. L'ombre menaçante de Sargeras montait vers la surface lorsque Malfurion et ses alliés se ruèrent à l'assaut.

Azshara, avertie par Illidan, était préparée à les recevoir. Presque tous les compagnons de Malfurion tombèrent sous les attaques magiques de la Reine. Tyrande, qui tentait d'attaquer Azshara par derrière, fut interceptée par les gardes Bien nés de la Reine. Elle parvint à les vaincre, mais fut grièvement blessée. En voyant succomber l'amour de sa vie, Malfurion fut pris d'une rage violente et résolut d'éliminer Azshara.

Les combats faisaient rage dans et hors du temple lorsque Illidan jaillit des ombres qui bordaient le grand Puits. Exhibant des fioles spécialement conçues, Illidan s'agenouilla et les emplit avec l'eau du Puits. Convaincu que les démons allaient mettre fin à la civilisation des Elfes de la nuit, il voulait voler l'eau sacrée et en garder les énergies pour lui seul.

La bataille qui suivit entre Malfurion et Azshara bouleversa le sort délicat des Bien nés et le plongea dans un formidable chaos. Le vortex instable dans les profondeurs du Puits explosa et initia une chaîne d'événements catastrophiques qui allait changer le monde à jamais. La gigantesque explosion ébranla le temple jusque dans ses fondations et bouleversa le monde dans de titanesques ondes sismiques. Tandis que l'horrible bataille entre la Légion et les alliés des Elfes se poursuivait dans la capitale en ruines et dans ses environs, le Puits d'éternité s'effondra sur lui-même.

L'explosion gigantesque qui s'ensuivit ravagea les terres et masqua les cieux...

Prochainement:Chapitre III - Kalimdor ou le nouveau monde.

avatar
locko
El Loco

Messages : 8131

https://thenation2017.wordpress.com/
Re: Histoire du monde de WOW, le Mar 9 Juil 2013 - 15:22
C'est long :aie:


avatar
banane1234
Membre Émérite
Aucun .
Messages : 5665

Re: Histoire du monde de WOW, le Jeu 11 Juil 2013 - 17:24
Prologue.

Les Elfes de la nuit se sont résolus à ne plus utiliser la magie, par crainte de voir le retour de la Légion ardente. Cependant une minorité d'entre eux choisissent de s'exiler sur les terres de l'est, celles de Lordaeron, afin de laisser libre cours à l'utilisation de leur magie. Ils créent le royaume magique de Quel'Thalas, les fameux Hauts Elfes.
Ils découvriront plus tard l'Empire Humain d'Arathor, avec qui ils s'allieront afin de combattre les invasions incessantes des trolls.

Le mont Hyjal et le don d'Illidan.

Tandis que le monde tremblait, ravagé par l'implosion du Puits, les mers se précipitèrent pour combler les crevasses creusées dans les terres. Presque quatre-vingt pour cent des terres de Kalimdor avaient été fissurées, créant des continents séparés entourés par de nouvelles mers furieuses. Au centre d'une nouvelle mer, où le Puits s'était naguère tenu, une tempête d'énergies chaotiques faisait rage. Ce terrible phénomène, connu sous le nom de Maelström, était destiné à durer éternellement dans un tourbillon furieux. Il allait devenir un rappel permanent de la terrible catastrophe qui avait mis fin à l'âge d'or...
Les quelques Elfes de la nuit qui survécurent à l'horrible explosion se groupèrent sur des canots grossiers et se dirigèrent laborieusement vers le seul continent à portée de vision. Grâce à la protection d'Elune, Malfurion, Tyrande et Cenarius avaient survécu à la Grande Fracture. Les héros épuisés acceptèrent de conduire leurs compagnons survivants et de fonder une nouvelle demeure pour leur peuple. Tandis qu'ils progressaient en silence, ils observèrent le naufrage de leur monde et réalisèrent que leurs passions avaient conduit à cette immense destruction tout autour d'eux. Sargeras et sa Légion avaient été chassés du monde par la destruction du Puits, mais Malfurion et ses compagnons ne pouvaient que pleurer sur le terrible coût de leur victoire.

Il était clair qu'Azshara et ses principaux serviteurs Bien nés avaient été entraînés au fond des océans déchaînés. Pourtant, il restait de nombreux Bien nés parmi les survivants qui gagnèrent les rives de la nouvelle terre. Malfurion n'avait pas confiance dans les intentions des Bien nés, mais il était rassuré par leur incapacité à causer du tort sans les énergies du Puits.

En prenant pied sur les rivages de la nouvelle terre, le peuple fatigué des Elfes de la nuit découvrit que la montagne sainte, Hyjal, était toujours debout. Cherchant un nouveau foyer où s'établir, Malfurion et les Elfes de la nuit gravirent les pentes du mont Hyjal et atteignirent ses sommets venteux. En descendant dans la vallée boisée protégée par les remparts montagneux, ils trouvèrent un petit lac paisible. A leur grande horreur, ils découvrirent que les eaux du lac étaient gorgées de magie.

Illidan, qui avait également survécu à la catastrophe, avait atteint le sommet du mont Hyjal bien avant Malfurion et les Elfes de la nuit. Dans son désir dément de maintenir le flux de la magie dans le monde, Illidan avait versé le contenu de ses fioles, pleines des eaux précieuses du Puits d'éternité, dans le lac de la montagne. Les puissantes énergies enchantées se répandirent rapidement, créant une sorte de nouveau Puits d'éternité. Illidan, fou de joie, pensait que ce nouveau puits serait un don pour les générations à venir. Il fut choqué de la réaction négative de Malfurion. Ce dernier expliqua à son frère que la magie était intrinsèquement chaotique et que son utilisation conduirait inéluctablement à l'extension de la corruption et de la guerre. Pourtant, Illidan refusa de renoncer à ses pouvoirs magiques.

Sachant pertinemment où les plans déloyaux d'Illidan pouvaient mener, Malfurion décida d'en finir une fois pour toutes avec ce frère assoiffé de pouvoir. Avec l'aide de Cenarius, Malfurion enferma Illidan dans une vaste chambre souterraine où il devait rester enchaîné, privé de sa puissance, jusqu'à la fin des temps. Craignant que la destruction du nouveau Puits ne déclenche une catastrophe plus terrible encore, les Elfes de la nuit décidèrent de le laisser perdurer. Mais Malfurion déclara que jamais plus les arts de la magie ne devaient être pratiqués. Sous la surveillance attentive de Cenarius, les Elfes commencèrent à étudier les arts anciens des druides qui leur permettraient de panser les plaies de la terre ravagée et de faire renaître leurs chères forêts au pied du mont Hyjal.

L'Arbre monde et le rêve d'émeraude.

Pendant des années, les Elfes de la nuit travaillèrent sans relâche à reconstruire leurs anciennes terres. Abandonnant à la poussée de la nature leurs temples détruits et leurs routes ruinées, ils construisirent de nouvelles demeures parmi les arbres verdoyants et les collines ombragées au pied du mont Hyjal. Les Dragons qui avaient survécu à la Grande Fracture finirent par émerger de leurs tanières cachées.
Alexstrasza la rouge, Ysera la verte et Nozdormu le Dragon de bronze descendirent sur les terres druidiques et observèrent le fruit du travail des Elfes de la nuit. Malfurion, qui était devenu un archi-druide aux pouvoirs étendus, accueillit les puissants Dragons et leur parla de la création du nouveau Puits d'éternité. Les grands Dragons furent alarmés par ces mauvaises nouvelles et en vinrent à penser que si le Puits restait actif, la Légion était susceptible de revenir un jour et de prendre à nouveau le monde d'assaut. Malfurion et les trois Dragons firent un pacte pour assurer la protection du Puits et pour s'assurer qu'aucun agent de la Légion ardente ne pourrait jamais revenir dans le monde.

Alexstrasza, la Donneuse de vie, planta un gland enchanté au coeur du Puits d'éternité. Le gland, nourri par les puissantes eaux magiques, se développa en un arbre gigantesque. Les racines de l'arbre émergèrent des eaux du Puits et son faîte verdoyant sembla atteindre la voûte des cieux. L'arbre immense devait devenir un symbole éternel de l'Alliance des Elfes de la nuit avec la nature, et ses énergies fécondes allaient se répandre pour guérir peu à peu le reste du monde. Les Elfes de la nuit nommèrent leur Arbre monde Nordrassil, ce qui signifie "couronne des cieux" dans leur langue originelle.

Nozdormu, l'Eternel, enchanta l'Arbre monde pour s'assurer qu'aussi longtemps que l'arbre perdurerait les Elfes de la nuit ne vieilliraient pas et ne seraient point victimes de la maladie.

Ysera, la Rêveuse, enchanta l'Arbre monde à son tour pour le relier à son propre monde, une dimension éthérée connue sous le nom de Rêve d'émeraude. Le Rêve d'émeraude, un vaste monde spirituel sans cesse mouvant, existait hors des frontières du monde physique. Depuis le Rêve, Ysera régulait le flux et le reflux de la nature et l'évolution du monde lui même. Les druides des Elfes de la nuit, y compris Malfurion, furent reliés au Rêve à travers l'Arbre monde. Partie intégrante du pacte mystique, les druides acceptèrent de dormir pendant des siècles de façon à ce que leur esprit puisse explorer les chemins infinis du monde onirique d'Ysera. Les druides n'étaient pas enthousiastes à l'idée de perdre tant d'années de leur vie en hibernation, mais ils acceptèrent avec altruisme de remplir leur part du marché avec Ysera.

L'exil des Hauts Elfes.

Au fur et à mesure que les siècles s'écoulaient, la nouvelle société des Elfes de la nuit devint forte et s'étendit à travers les forêts désormais connues sous le nom d'Orneval. Bien des créatures et des espèces qui abondaient avant la Grande Fracture, comme les Furbolgs et les Hurans, réapparurent et se multiplièrent. Sous la conduite bienveillante des druides, les Elfes de la nuit connurent une période sans précédent de paix et de tranquillité.
Cependant, de nombreux survivants parmi les anciens Bien nés ne trouvaient pas le repos. Comme Illidan auparavant, ils souffraient du manque occasionné par la perte de leur magie. Ils furent tentés, une fois encore, d'utiliser les énergies du Puits d'éternité et de renouer avec leurs pratiques magiques. Dath'Remar, le chef impudent et brusque des Bien nés, commença à moquer publiquement les druides. Il les traitait de lâches parce qu'ils refusaient d'utiliser la magie qui leur appartenait de droit. Malfurion et les druides repoussèrent les arguments de Dath'Remar et prévinrent les Bien nés que tout usage de la magie serait puni de mort. Dans leur insolence, Dath'Remar et ses compagnons lâchèrent une terrible tempête magique sur Orneval dans une tentative désespérée pour convaincre les druides d'abroger la loi.

Les druides, incapables de se résoudre à tuer tant des leurs, décidèrent d'ostraciser les Bien nés. Dath'Remar et ses compagnons, contents d'être enfin débarrassés de leurs cousins conservateurs, embarquèrent dans des navires spécialement conçus et prirent les mers. Personne ne savait ce qui les attendait de l'autre côté du furieux Maelström, mais ils avaient hâte d'établir leur propre foyer où ils pourraient pratiquer impunément leur chère magie. Les Bien nés, ou 'Quel'dorei' selon l'appellation ancienne d'Azshara, finirent par aborder sur une terre nouvellement formée à l'est que les hommes appelleraient un jour Lordaeron. Ils décidèrent de construire leur propre royaume magique, Quel'Thalas, et rejetèrent l'adoration de la lune et la vie nocturne qui avaient jusque là soudé les Elfes. On ne les connut plus désormais que sous le nom de "Hauts Elfes".

Les Sentinelles et la Longue VeilleModifier
Après le départ de leurs cousins, les Elfes de la nuit se consacrèrent de nouveau à la défense de leur terre enchantée. Les druides, sentant approcher de nouveau l'heure de l'hibernation, se préparèrent à dormir en laissant derrière eux leurs familles et leurs proches. Tyrande, qui était devenue Grande Prêtresse d'Elune, demanda à son amour de toujours, Malfurion, de ne pas la quitter pour le Rêve d'émeraude d'Ysera. Mais Malfurion, lié par pacte d'honneur à entrer dans le monde onirique, dit adieu à la Prêtresse et jura qu'ils ne seraient jamais séparés aussi longtemps qu'ils resteraient fidèles à leur amour.
Tyrande, laissée seule pour protéger Kalimdor contre les dangers du nouveau monde, assembla une puissante force de combat parmi ses soeurs Elfes de la nuit. Ces guerrières sans peur et bien entraînées se dévouèrent à la défense de Kalimdor et prirent le nom de Sentinelles. Bien que préférant patrouiller seules dans les forêts d'Orneval, elles avaient beaucoup d'alliés sur lesquels compter en cas d'urgence.

Le demi-dieu Cenarius resta aux alentours du mont Hyjal. Ses fils, connus sous le nom de Gardiens du bosquet, continuaient à surveiller les terres des Elfes de la nuit et aidèrent souvent les Sentinelles à maintenir la paix sur la contrée. Même les filles timides de Cenarius, les Dryades, furent de plus en plus souvent visibles. Bien qu'occupée par la garde d'Orneval, Tyrande souffrait tout de même de l'absence de Malfurion à ses côtés. Tandis que les siècles interminables du sommeil des druides passaient, elle commença à redouter de plus en plus une nouvelle invasion démoniaque. Elle ne pouvait se débarrasser de la sensation que la Légion ardente était peut-être toujours proche, au-delà du Grand Néant céleste, attendant l'heure de leur revanche sur les Elfes de la nuit et le monde d'Azeroth.

Prochainement:Chapitre IV - Lordaeron et Draenor
avatar
banane1234
Membre Émérite
Aucun .
Messages : 5665

Re: Histoire du monde de WOW, le Lun 15 Juil 2013 - 14:57
Chapitre IV - Lordaeron et Draenor

L'Ordre de Tirisfal
De nouvelles races firent leur apparition sur Azeroth : les Trolls, les Gnomes et les Humains.
Malheureusement, la paix entre ces 5 nouvelles races ne dura pas longtemps. En effet, le royaume de Quel'Thalas - les Hauts Elfes - était constamment assiégé par des Hordes de Trolls. Une guerre éclata alors entre les deux camps. Pendant ce temps, les Humains, connus pour agir avec impatience, ne tardèrent pas à étendre leur territoire. Ainsi, l'Empire Humain d'Arathor fut fondé en Lordaeron 2900 ans avant la première invasion des Orcs.

Après 3 300 ans de guerre, les Trolls commencèrent à prendre l'avantage sur les Elfes. En effet les Trolls sont réputés pour leurs capacités de régénération des blessures, les elfes peinèrent malgré leur magie a les repousser. Au bord de la défaite, ces derniers demandèrent aux Humains de leur venir en aide. En échange de leur aide, les Elfes acceptèrent de leur apprendre les voies de la magie. Ainsi alliées, les armées elfiques et humaines éliminèrent la plupart des Trolls de Lordaeron, pendant la bataille les mages unirent leur sort de feu pour brûler massivement les Trolls. Ceux ci ne purent soigner leur blessures et furent vaincus.

Malheureusement, les Humains abusèrent de l'utilisation des pouvoirs magiques récemment acquis. Ils restaient conscient que l'utilisation de la magie risquait d'attirer les démons de la legion. Ils construisirent donc une série de protections magique pour empecher les démons de les localiser.Les royaumes humains ne bénéficiaient pas de ces protections. Des agents de la Légion Ardente retrouvèrent sans peine le chemin vers Azeroth, attirés par les forces magiques. Ils purent ainsi le pénétrer de nouveau. L'Ordre de Tirisfal fut alors créé, afin de protéger les races et l'univers d'Azeroth.

L'Ordre était composé de Gardiens, et les pouvoirs qui leur furent conférés pour combattre les forces noires de l'Enfer sinueux étaient immenses. Leur longévité excédait même celle des Elfes. Les Gardiens furent chargés d'une guerre secrète contre les agents de la Légion, sans que le peuple d'Azeroth s'en rende compte.

Après 1700 ans de pouvoir, Arathor connut des discordances politiques et de surexpansion. Il fut décidé que l'Empire Humain soit divisé en 7 nations : Hurlevent, Lordaeron, Stromgarde, Kul Tiras, Gilneas, Dalaran, et Alterac.

2500 ans après la création de l'Ordre, la Gardienne Aegwynn battit en duel le Seigneur des Démons, Sargeras, chef de la Légion Ardente. Elle décida d'enfouir sa tombe sous les mers du Nord. Mais l'esprit malveillant de Sargeras se lia secrètement avec l'âme du futur enfant d'Aegwynn.

La corruption des Orcs
Bien que bannis d'Azeroth, les démons cherchaient un moyen d'envahir Azeroth. Les créatures infernales voulaient mettre la main sur une race puissante et la faire envahir Azeroth. Cette invasion préparerait le chaos pour l'inévitable retour de la Légion. Ainsi, ils choisirent les Orcs, situés sur le monde rouge, Draenor.
Les clans Orcs, riches d'une noble culture chamanique vieille de plusieurs millénaires, ne savaient rien de la corruption ni de la déliquescence spirituelle. Mais les sinistres agents de la Légion ardente cherchaient à les transformer en une armée invincible et meurtrière. Rusé, le démon Kil'jaeden, second chef de la Légion, comprit que les sauvages guerriers avaient un potentiel de destruction et de massacre et s'efforça de corrompre ce peuple de l'intérieur.

Kil'jaeden se présenta au plus respecté des chefs Orcs, le vieux Chaman Ner'zhul, et lui promit qu'il conférerait aux Orcs un grand pouvoir afin qu'ils deviennent les maîtres incontestés de leur monde. Il offrit même au vieux Chaman une connaissance mystique insoupçonnée s'il acceptait de se soumettre avec son peuple au pouvoir de la Légion. Calculateur et avide de puissance, Ner'zhul accepta l'offre de Kil'jaeden et consentit à un Pacte de sang avec les démons. Ce faisant, Ner'zhul venait de sceller le destin des Orcs en les contraignant à devenir les esclaves sans volonté de la Légion ardente.

Au fil du temps, Kil'jaeden comprit que Ner'zhul n'avait ni la volonté ni l'autorité nécessaires pour l'aider à transformer les Orcs en une Horde assoiffée de sang. Ner'zhul, réalisant que son pacte avec Kil'jaeden ne mènerait qu'à la destruction de son peuple, refusa d'aider plus avant le démon. Furieux de la méfiance du Chaman, Kil'jaeden jura de se venger de Ner'zhul et corrompit les Orcs en dépit de lui. Kil'jaeden trouva un nouvel apprenti, désireux de conduire les Orcs sur les chemins du néant. Ce nouvel esclave n'était autre que le protégé de Ner'zhul, l'infâme Gul'dan.

La Horde, sous l'emprise de la malédiction, ravagea le monde de Draenor, décimant les populations Draenei vieilles de cinq mille ans, anéantissant toute trace de vie. Sans autres ennemis, des querelles naquirent entre les différents clans Orcs.

C'est alors que Gul'dan décida d'agir. Avec l'aide de Kil'jaeden, Gul'dan réussit là où son mentor avait échoué : l'Orc assoiffé de pouvoir et voué au mal parvint à abolir les anciennes traditions chamaniques en les remplaçant par l'étude de la sorcellerie démoniaque, mais, bien plus, il unit les clans Orcs pour en faire la Horde meurtrière que Kil'jaeden avait voulue. Il créa le Conseil des Ombres, un ordre secret de nécromanciens, dont il était le chef. Le Conseil ramena le calme entre les clans belliqueux en leur promettant une issue du monde détruit qu'était le sombre Draenor.

Ner'zhul, incapable d'arrêter son ancien apprenti, assista impuissant à la transformation des Orcs sous l'égide de Gul'dan. Son peuple n'était plus que le bras armé et servile de la destruction.

Les années passèrent tandis que Ner'zhul se lamentait silencieusement sur les landes rouges de Draenor. C'est Gul'dan qui présidait désormais à la sombre destinée des Orcs, mais Ner'zhul savait qu'il était lui-même l'origine de cette tragédie.

Le dernier Gardien
Aegwynn, ultime Gardienne de l'Ordre de Tirisfal jugea que son heure était arrivée : elle devait trouver un successeur digne d'assurer sa charge de Gardien, et lui transmettre toute la sagesse de ses pouvoirs.
Elle retourna sur les terres de Lordaeron pour quérir le mage Nielas Aran. C'est lui qu'elle avait choisi pour engendrer l'hériter de ses pouvoirs. Elle pensait que ce puissant magicien serait le père idéal pour son enfant.

Le jugement fut juste : son fils naquit en l'automne de l'an de grâce 559 (calendrier Humain). Elle lui donna le nom de Medivh (le gardien de secrets dans la langue antique des Elfes). Elle lui transmit tout son savoir, tous ses pouvoirs pendant la première année de sa vie. Mais elle avait au plus profond de son âme enfoui ces secrets qui ne se révéleraient à lui qu'au jour où il atteindrait la maturité nécessaire. Elle confiait son fils aux bon soins de la famille de son père, le surveillant d'un oeil lointain, le regardant grandir...

Pendant ce temps là, le Roi Wrynn III, souverain de la nation d'Hurlevent gouvernait son royaume de façon très juste, apportant paix et prospérité aux terres de son peuple. Les constantes disputes et mésententes qui avaient porté préjudices aux rois précédents n'avaient pas leur place dans la cour de Wrynn. Ses sujets furent ainsi ravis lorsque la femme du souverain, Dame Varia, mit au monde le prince Llane en 564.

C'était leur premier et unique héritier, mais la naissance d'un fils marquait la continuation de la lignée. Ce fut un grand jour pour le royaume, célébré par des tournois et des grands festins. Le roi Wrynn proclama que ce jour serait fêté pendant toute la durée de son règne et pour marquer l'occasion, il donna un souverain d'or à chaque habitant d'Hurlevent.

Medivh vit, la veille du jour de ses treize ans, ses pouvoirs enfouis au plus profond de son âme s'éveiller. Incapable de faire face à la violence des énergies cosmiques qui déferlèrent en lui, Medivh fut victime d'un choc psychique très traumatisant. Le choc dut être assez puissant pour atteindre l'abbaye de Comté-du-nord car en l'espace d'une heure, plus de cent ecclésiastiques étaient arrivés au château. Il en fallut bien cent, et leurs pouvoirs, combinés à ceux de l'illusionniste, réussirent finalement à contenir Medivh. Tandis que des forces surnaturelles inimaginables se dégageaient de l'enfant, il poussait des hurlements monstrueux.

Des heures passèrent, peut-être même des jours, car le temps semblait s'être arrêté dans cet accès de folie. Puis, comme une bougie qui s'éteint, le père et le fils s'effondrèrent tous deux. Le mage était mort, vidé de toute vie, et Medivh avait sombré dans un sommeil profond. Son cœur battait à peine et il respirait très faiblement. Après une longue discussion, le roi et l'abbé de Comté-du-nord décidèrent qu'il était préférable d'emmener Medivh à l'abbaye, pour sa sécurité et celle du royaume. Pendant six longues années, Medivh fut sous la protection des pères du clergé. Ils apportèrent soins et réconfort au corps meurtri.

Llane qui atteignit alors l'âge de l'Ascension se vit conférer le titre de Prince d'Azeroth. Lors de la cérémonie, des dizaines de milliers de sujets dévoués vinrent offrir leurs vœux de soutien et de longue vie au prince. Durant la cérémonie officielle du couronnement du prince, Medivh apparut sous la forme d'un grand oiseau. Après avoir repris sa forme Humaine, il salua le prince et lui offrit sa bénédiction.

Il expliqua qu'il s'était réveillé de son long sommeil, et qu'il avait pris le contrôle total de ses pouvoirs. Comme un signe de bienveillance, Medivh présenta à la cours un sablier d'obsidienne dont le sable était blanc comme neige. Le jeune prince regarda attentivement, mais bien que le sable parût s'écouler constamment de haut en bas, la moitié supérieur ne se vidait jamais. Medivh dit que ce sable représentait le peuple du royaume, et que tant que le sablier ne se vidait pas, le règne du roi Wrynn durerait.

Bien que soustraite de ses pouvoirs, Aegwyn regardait le retour de son fils avec suspicion. Malgré la gentillesse apparente de son fils, l'ancienne Gardienne savait qu'un pouvoir maléfique l'avait perverti...

Medivh décida d'explorer les limites du pouvoir de manipulation que lui conféraient les énergies magiques qu'il s'était vu confiées si brutalement. Bravant les interdits, il se plongea dans la science nécromantique, se mit en tête de comprendre les mystères de la vie et de la mort. Il pactisa avec les Démons des sphères inférieures, utilisant leurs facultés pour renforcer les siennes. Il devenait chaque jour plus avide de pouvoir, chacun de ses succès l'entraînant un peu plus bas dans les abysses de la folie. C'est alors qu'il errait dans le tourbillon sans fin de ses hallucinations cosmiques que Medivh traversa pour la première fois l'infranchissable frontière du monde de l'au-delà pour apercevoir l'espace d'un très court instant les effroyables, les monstrueuses créatures de ces lieux.

Medivh avait enfin trouvé l'arme absolue qu'il avait tant cherchée pour se rendre maître d'Azeroth...

Le Portail Sombre
Gul'dan devait trouver de nouvelles terres de conquêtes pour sa Horde. Une nuit, une étrange présence troubla ses rêves. Inquiet et intrigué, il en fit part à Kil'Jaeden. Celui-ci avait également ressenti cette présence, il affirma que son pouvoir dépassait tout ce qu'il avait connu jusque là. Gul'dan, excité par cette idée, explora sans but les méandres de l'Enfer sinueux pendant ce qui lui sembla être une éternité. C'est dans la fièvre de son voyage que la Présence finit par entrer en contact avec lui.
La force qu'elle irradiait était inouïe, et il savait que malgré son pouvoir inimaginable, il lui suffirait de deviner ses désirs pour l'asservir à son propre projet. La Présence lui révéla être Medivh, un puissant sorcier venant d'un monde lointain. Ils communiquèrent sans mots, mais par une réunion vigilante de leurs deux esprits.

Gul'dan sentait que la diligence des pensées du sorcier Medivh l'empêchait d'explorer l'infini de son savoir. Dès le début il compris que celui-ci le mettait à l'épreuve, tout en cherchant à en savoir plus sur les Orcs et leur magie. Medivh tirait de lui plus de renseignements qu'il ne pourrait jamais en obtenir de lui, c'est pourquoi très vite Gul'dan rompis le contact.

Mais Medivh rattrapa Gul'dan dans ses rêves. Il lui montra la beauté des paysages d'Azeroth, ses plaines verdoyantes et ses forêts majestueuse, ses villages peuplés d'individus vaillants et fiers, et surtout un pouvoir enfoui au plus profond de l'océan... un immense pouvoir sous des ruines sombres...

Gul'dan ne put résister, et il convainquit le Conseil des ombres qu'Azeroth était la chance d'échapper au confinement d'un sombre Draenor. Une faille apparu entre les deux mondes, et les pouvoirs de la Horde purent aisément élargir la faille jusqu'à en faire une Porte. Grâce à cette porte, les deux mondes étaient maintenant liés.

Assoiffés de combats, deux chefs de clans furent rapidement envoyés de l'autre côté du portail. Il s'agissait de Cho'gall, Ogremagie du clan du Marteau du Crépuscule et de Kilrogg Oeilmort du clan de l'orbite sanglante. Gul'dan attendait de ces grands chefs qu'ils prennent le commandement de la Horde et la mène vers une victoire rapide et radicale sur les Humains...

Les Orcs, Disciples du Chaos
Par un matin lugubre, le prince Llane se précipita chez son père avec le sablier. Pendant la nuit, celui-ci s'était presque entièrement vidé. Le roi Wrynn prit le sablier et fut traversé d'un frisson glacial. Lorsque les derniers grains de sable tombèrent au fond, on entendit un grand fracas aux portes du donjon d'Hurlevent. Soudain, des créatures hideuses envahirent les terres du château. Des difformités abominables, reflets cruels de l'Humanité, s'abattirent sur les gardes du roi et les réduisirent en miettes. Le roi Wrynn envoya Llane et la reine Varia à l'abbaye de Northshire, accompagnés d'une escorte de chevaliers, et leur promit de les appeler lorsque les monstres seraient détruits. Ce jour n'est pas encore venu...
A l'âge de vingt ans, Llane fut proclamé roi d'Azeroth. Sa mission était claire : débarrasser le royaume de ces créatures. Les rares personnes qui avaient survécu à la bataille les appelaient Orcs. Quand on leur posait des questions, elles n'en disaient guère plus et préféraient mourir plutôt que de fournir des informations. Les Orcs étaient des êtres cruels, sadiques et ignobles, qui ne faisaient aucune distinction entre un fantassin et un enfant, un guerrier et une femme. Ils tuaient tous ceux qu'ils rencontraient sans la moindre hésitation. Les seuls Humains qu'ils épargnaient furent ceux qu'ils emmenaient dans les marécages à l'Est, où se trouvaient leurs campements. Personne ne savait ce qu'ils en faisaient, mais on craignait le pire, car nul n'en était jamais revenu.

Près de dix années de combats dans les terres frontalières avaient laissé les habitants d'Azeroth sur leurs gardes. Mais les Orcs avaient sous-estimés les forces Humaines : Hurlevent s'avéra rapidement être une redoutable forteresse tenant en échec les forces des armées de la Horde. Le roi Llane s'était rendu compte que les Orcs, malgré leur force et leur méchanceté incroyables, étaient mal préparés au combat et complètement désorganisés. Cela lui avait permis de les tenir aux abois et il espérait pourvoir exploiter cette faiblesse dans le futur.

Pendant la dixième année du règne du roi Llane, la Gardienne Aegwyn lui rendit visite. Elle était venue l'avertir et espérait l'aider à combattre le fléau qui s'était abattu sur son royaume. Son union avec le mage de la cour était destinée à créer un enfant auquel elle aurait pu transmettre ses connaissances et ses pouvoirs avant de quitter ces lieux. Elle n'avait pas pensé que d'autres forces de ce monde, et de l'au-delà, auraient essayé de dominer l'enfant. Il était maintenant sous l'emprise de forces maléfiques.

Elle était allé le voir quinze jours auparavant et avait découvert que les pouvoirs qui circulaient dans ses veines l'avaient rendu fou. Comprenant le danger qu'il représentait, elle avait été forcée de tenter de le détruire. Il l'avait presque tuée. La bataille avait épuisé les deux combattants mais Medivh était assez puissant pour la chasser de sa vue et lui ordonner de ne jamais revenir. Ses pouvoirs étaient devenus si grands qu'elle-même ne pouvait briser ce sort et il lui était donc désormais impossible de le détruire.

De l'autre côté de la Porte des ténèbre, sur Draenor, Gul'dan fut mécontent du résultat de sa première invasion. Il décida alors de nommer Blackhand comme Seigneur de la guerre, ce jeune chef du clan Blackrock était respectés de la plupart des Orcs de la Horde. L'ambitieux Blackhand devint un chef tyrannique et terrible, mais que ses guerriers admiraient. Il rallia tous les chefs de clans sous son commandement.

Medivh manda alors à Gul'dan de lancer l'assaut sur Azeroth, afin de détruire le royaume et d'en faire souverain de son peuple. En échange, il lui promit de lui révéler la position du Tombeau de Sargeras, le Seigneur des démons, le maître de son propre maître Kil'jaeden, qui ne se trouvait nulle part ailleurs que dans les mers d'Azeroth. Ce Tombeau renfermait un pouvoir absolu, un pouvoir qui ferait de celui qui le contrôlerait un dieu vivant.

C'est ainsi que la Horde des Orcs partit en guerre contre le royaume d'Azeroth...

Prochainement: Chapitre V - La première guerre
(merci a ceux qui prenne le temps de lire tout ce texte)
avatar
locko
El Loco

Messages : 8131

https://thenation2017.wordpress.com/
Re: Histoire du monde de WOW, le Lun 15 Juil 2013 - 16:59
Hou que c'est long :aie:  Sinon c'est très bien détaillé bravo.


avatar
banane1234
Membre Émérite
Aucun .
Messages : 5665

Re: Histoire du monde de WOW, le Jeu 25 Juil 2013 - 3:23
Cette fois deux texte vue qu'il sont cour.

Chapitre V - La première guerre

Premières Escarmouches
Les premiers raids Orcs furent aussi rapides que déstabilisants. Blackhand ordonna la construction de solides avant-postes dans les nauséabonds Marais des chagrins qui entouraient la Porte des ténèbre, et ceci fait, il entreprit la destruction de Grand Hamlet, paisible bourg construit à la lisière de la forêt d'Elwynn. Il y a fort à parier que les Orcs ne se seraient pas arrêtés en si bon chemin si un dissident Orc n'avait pas contesté l'autorité de Blackhand et ralenti la progression de la Horde.

Ce renégat n'était autre que sa propre fille, Griselda, qui fuit Black Rock Spire, entraînée par une bande d'Ogres menée par un certain Turok. Pour que l'avancée Orc n'ait pas trop à souffrir de ce contretemps, le Chef de Guerre envoya le général Orgrim Marteau-du-déstin du clan Thunderlord pour massacrer sa désobéissante progéniture.

Les Humains, de leur côté, profitèrent de ce laps de temps inespéré pour secourir le chevalier Anduin Lothar, qui était porté disparu depuis presque vingt mois : on croyait que celui-ci avait failli dans sa quête du Livre Perdu de la Divinité. Ce n'est que grâce à une vision d'Alonsus Faol, abbé de Northshire, qu'il fut retrouvé blessé mais vivant dans les Mortemines à l'ouest d'Azeroth.

Les connaissances contenues dans le Livre permirent aux ecclésiastiques d'Azeroth d'amplifier leurs pouvoirs cléricaux : on comprit que grâce à eux, il serait possible de mettre fin aux exactions Orcs dans la région et on décida de raser, en l'an 599, l'avant poste de Kyross, dans les Morasses Noires. Les représailles furent terribles, la ville Humaine de Sunnyglade fut mise à sac, à l'exception toutefois des tours des conjureurs, qui furent épargnées pour être étudiées : la magie Humaine serait certainement utile aux nécrolytes et aux sorciers Orcs.

La mort de Medivh
L'année 600 fut une période trouble pour les deux belligérants. Les Humains d'Azeroth, de leur côté, eurent à leur tour à subir les fléaux de la traîtrise et de la dissidence dans leurs rangs. En effet, Medivh, le dernier gardien de Tirisfal, commençait à constituer une réelle menace pour le royaume : non content d'être le responsable du fléau qui s'était abattu sur Azeroth durant les six années précédent l'attaque de Hurlevent, il était également à l'origine de la venue des Orcs, comme l'avait appris Llane lors d'une entrevue avec Aegwyn.

Depuis, il vivait reclus dans sa tour mais restait une menace : suivant les conseils de l'ancienne gardienne, le jeune apprenti de Medivh, Khadgar, informa le roi de la folie démoniaque de celui ci. Llane ne voulut pas en tenir compte, affirmant connaitre son amis, mais Lothar, le champion d'Hurlevent, en était sûr lui. C'est ainsi que le sorcier déchu trouva la mort dans son repaire, tué par celui qui fut son meilleur ami, et son propre apprenti. Medhiv lancera tout de même un sort sur son apprenti qui le fera vieillir physiquement et irrémédiablement ( Cf la statue du mage à l'entrée de Hurlevent).

La mort de Medivh eut des conséquences énormes sur la Horde : Gul'dan, relié à l'esprit de Medivh au moment précis où celui-ci rendait l'âme, subit un grave traumatisme et sombra dans un profond coma. Privé des conseils de Gul'dan, Main-noire fut rapidement assassiné par son plus fidèle général, Orgrim Marteau-du-destin. Le chef du clan loup de givre, Durotan, connaissait en effet le Conseil des ombres et les machinations de Gul'dan. Il tenta d'en informer le reste de la Horde, mais il parvient seulement à avertir Orgrim, avant d'être tué par les sombres sbires de Gul'dan, lui et sa femme Draka. Son fils, Thrall, fut laissé de côté pour mourir dans la forêt, mais quelque chose d'imprévu lui sauva la vie. Orgrim éradiqua le Conseil des ombres puis ordonna la destruction pure et simple des centres de pouvoir Humains : peu auparavant, Llane avait trouvé la mort, assassiné par Garona, demie-Orc mandatée par le Conseil des Ombres, qui avait rapporté son cœur encore palpitant à Gul'dan.

Lothar devint le régent du royaume d'Azeroth, le fils de Llane, Varian Wrynn, étant trop jeune. Ainsi fort de ses nombreux massacres, Marteau-du-destin envisagea la destruction du centre religieux de la région, l'abbaye de Comté-du-Nord, ainsi que des bourgades de Comté-de-l'Or et Ruisselune. Encore une fois, grâce aux services rendus par Garona, la chose fut réalisée, et seule la forteresse d'Hurlevent se dressait devant l'impitoyable Horde

L'exil Humain
La première Guerre se solda, en 603, par la prise de cette imposante forteresse, siège du pouvoir royal d'Azeroth. Gul'dan s'éveilla de son long sommeil et constata le triomphe de Marteau-du-destin. Capturé, le sorcier fut contraint de se soumettre au nouveau Chef de Guerre.

Lothar, de son côté, réussit à minimiser le désastre en organisant un immense exil sur la Mer Intérieure. Il entreprit de rencontrer le roi Terenas de Lordaeron et les dirigeants des 5 autres nations pour former une Alliance qui stopperait la Horde, rendue maîtresse des Terres du Sud.

La Horde ne tarderait pas à franchir à son tour la Grande Mer...

Chapitre VI - La deuxième guerre

L'Alliance de Lordaeron
Lorsque les réfugiés azerothiens atteignirent les rivages de Lordaeron, le Roi Terenas convoqua un conseil formé de représentants de chacun des sept Royaumes dont il était souverain.

Le récit que fit lord Anduin Lothar des carnages et des destructions que les Orcs avaient perpétrées sur le sol d'Azeroth persuada le souverain de Lordaeron qu'il était impératif de s'unir contre la menace représentée par la Horde. Après querelles animées et discussions houleuses, les seigneurs se rendirent à l'avis des sires Lothar et Terenas, acceptant d'unir leurs armées et de les placer sous le haut commandement de lord Lothar en personne. Les côtes de Lordaeron avaient déjà eu à pâtir d'assauts isolés des Orcs, si bien que le Seigneur Lothar trouva un appui solide en son ami de longue date, l'Amiral Portvaillant, souverain du royaume côtier de Kul Tiras. Le vaillant Seigneur de Stromgarde, Thoras Trollbane se montra lui aussi prompt à soutenir Lothar, voyant là une promesse d'imminents et glorieux combats à mener.Le pleutre Perenold seigneur d'Alterac refusa un temps cette alliance voulant négocier. Toutefois face a la pression des autres il rejoignit l'alliance. Genn grisetête ne voulut pas non plus rejoindre l'Alliance étant sûr qu'il pourrait repousser seul les orcs... Puis il fut traité de lâche par les autres souverains... Ces nobles guerriers n'étaient cependant pas les seuls qui s'armaient pour guerroyer...

S'appuyant sur les Ecritures Saintes qui exhortent les fidèles à "revêtir l'armure du juste et combattre le mal", Alonsos Faol - grand prêtre de l'abbaye de Comté-du-Nord avant que les Orcs ne la détruise - appela le clergé de Lordaeron à armer prêtres et moines. De même que les gardiens sacrés brandirent leurs épées de lumière pour défendre les cieux, les serviteurs de dieu sur terre acceptèrent de combattre la vague des ténèbres qui allait s'abattre sur Lordaeron. Ces premier paladin étaient: Uther,Tirion fordring,Gavinrad,Dathrotan,ainsi que Turalyon qui devint le second de Lothar.

Les Nains de Forgefer accoururent des passages souterrains de Khaz Modan, rapportant que les Orcs avaient déjà entamé l'invasion de leur Royaume montagneux. Les Nains proposaient d'offrir à l'Alliance leurs armes et leurs ingénieuses inventions si les Humains acceptaient de repousser les Orcs hors de leurs frontières.

Même les Elfes de la lune d'argent, de nature pourtant très réservée, sortirent de l'ombre de la forêt de Quel'thalas pour proposer leurs services à l'Alliance. Ils avaient appris grâce à leurs pouvoirs magiques étroitement liés aux forces telluriques que Lordaeron était l'une des nombreuses cibles de la macabre offensive que fomentait la Horde. Rancœurs et haines injustifiées qui depuis la nuit des temps opposaient ces trois races furent mises de côté, une union nouvelle unissait ces peuples voisins. Cette union, qui allait faire leur force, fut célébrée aux quatre coins du Royaume de Lordaeron sous le nom de l'Alliance.

Ainsi, unis face à un seul et redoutable ennemi, les Humains et leurs nouveaux alliés étaient prêts. Vaillants et confiants, ils attendaient, sur la rive de leur destinée la déferlante vague des ténèbres..

La Mer de Sang
Marteau-du-destin, le Seigneur de Guerre de la Horde, débarqua au sud de Lordaeron, décidé à établir un avant poste dans la région de Zuldare.

Les espions découvrirent que Zuljin, le chef des Trolls, était maintenu en captivité dans une bourgade au sud d'Hillsbrad. La Horde sema terreur et effroi dans la bourgade avant de les libérer.

Zuljin et ses Trolls, ivres de haine et avides de vengeance à l'égard de leur geôliers Humains acceptèrent de se ranger du côté du Seigneur de Guerre. Ils mirent à leur disposition des lanceurs de haches et des berserkers afin d'assurer la défense des installations de la côte Sud.

Après avoir développé leur force maritime, marteau-du-destin décida de donner une leçon à Hillsbrad, que jamais les Humains ne puissent oublier. Il lança son offensive et réduisit ainsi la ville à feu et à sang. Les quelques vains résistants furent rapidement assaillis, puis sévèrement châtiés. La bourgade était finalement anéantie, et dans le royaume se répandait comme une traînée de poudre la rumeur annonçant la fin de l'Humanité.

Stratholme était un lieu stratégique puisqu'il fut le centre de matière première de l'Alliance, fournissant la majeure partie des ressources pétrolières au royaume. Pour empêcher leur livraison à l'Ouest du royaume de Lordaeron, le Chef de Guerre Marteau-du-destin décida de saboter les raffineries et leurs plates-formes pétrolières, puis de laisser libre cours à son instinct meurtrier : il procéda à la destruction entière de Stratholme, massacrant toute forme de résistance opposée par l'Alliance.

Cho'Gall, Ogremagie et chef du clan Twilight's Hammer, rejoignit le front de la guerre afin d'inspecter la raffinerie de Grim Batol. Il en fut satisfait, les estimant bien entretenues et efficaces. La Horde disposait désormais de réserves de pétrole plus que suffisantes pour lancer une fière et grandiose campagne dans les lointaines terres nordiques.

Khaz Modan, la terre des Nains, demeurait cependant une source d'ennuis pour la Horde. Après avoir repris Dun Modr des mains de l'Alliance, le Chef de Guerre lança l'assaut sur la citadelle insulaire de Stromgarde, Tol Barad. Les Nains était ainsi hors d'état de nuire.

Après avoir rasé la ville de Stromgarde et massacré toute forme de résistance, la Horde pouvait concentrer ses forces sur le futur assaut du royaume des Elfes...

Quel'Thalas, royaume des Elfes
Gul'dan, cherchant à semer la graine de la discorde entre les troupes des Hommes et celles des Elfes, décida de s'emparer d'un artefact Elfique, une pierre sacrée gravée d'inscriptions runiques, près du donjon de Fort Darrow. Après avoir éliminé les forces Humaines qui assuraient sa sauvegarde sur une île au milieu du lac de Darrow, la Horde pris possession du précieux monolithe monumental. Gul'dan s'appropria ainsi tous ses pouvoirs sacrés, et conféra à son armée d'Ogres de puissants pouvoirs magiques. Ces derniers portaient désormais le nom d'Ogremagie, ayant la faculté de jeter des sorts mortels, rivalisant de subtilité, de malice et de fourberie avec Gul'dan lui même.

Il ne restait plus alors qu'une poignée d'Elfes et quelques Humains pour protéger leur royaume des sauvages assauts de la Horde. Gul'dan, inspiré par le domaine enchanté des Elfes, lança sur eux les plus diaboliques de ses créatures, les chevaliers de la mort. Cadavres réssuscités, leur corps appartenaient jadis aux fiers chevaliers d'Azeroth.

Ainsi, ces preux et vaillants défenseurs de l'Humanité étaient devenus des mort vivants, monstres impies, semant la terreur et l'effroi sur les terres de Lordaeron. Leur science nécromantique et leur sombre pouvoir en faisaient des adversaires terrifiants, malheur à ceux qui purent croiser leur chemin, et ainsi s'exposèrent à leur rageuse et aveugle vengeance.

La Trahison
Alors que la victoire de la Horde sur l'Alliance semblait inéluctable, deux des plus puissants Orcs d'Azeroth s'affrontèrent. L'infâme Sorcier Gul'dan, maître du très secret Conseil des Ombres et assuré du soutien de plusieurs clans renégats, tenta de prendre le pouvoir à Orgrim Marteau-du-destin, le chef de la Horde. Tandis que Marteau-du-destin préparait l'assaut final contre Lordaeron, une bataille qui aurait écrasé les derniers restes de l'Alliance, Gul'dan et les clans renégats abandonnèrent leurs postes et prirent la mer. Marteau-du-destin, ayant perdu près de la moitié de ses forces en raison dans cette trahison, fut contraint de battre en retraite et laissa passer sa chance d'écraser l'Alliance.

Gul'dan avait pris sous sa bannière la moitié des forces de Marteau-du-destin, et assoiffé de pouvoir, il se lança à la recherche de la Tombe sous-marine de Sargeras, qui abritait, pensait-il, le secret du pouvoir ultime. Ayant déjà condamné ses frères Orcs à être les esclaves de la Légion Ardente, Gul'dan ne pensait même plus à marteau-du-destin. Soutenu par les puissants clans Stormreaver et Twilight's Hammer, Gul'dan parvint à découvrir la Tombe de Sargeras. Mais quant il ouvrit la crypte, il n'y trouva que les démons qui l'attendaient. Lui et ses troupes durent payer leur témérité de leur vie, déchiquetés par les démons qu'ils avaient libérés...

Le retour de l'Alliance
Le seigneur Lothar, voyant que la Horde était divisée, rassembla toutes ses troupes et repoussa la Horde vers le sud, jusqu'au coeur dévasté de la patrie des Orcs, Azeroth. A leur tour, les forces de l'Alliance avaient piégé la Horde, dans la forteresse volcanique de Blackrock Spire. Les forces de l'Alliance investirent la citadelle et assiégèrent ses défenses. Dans un ultime effort, Marteau-du-destin et ses lieutenants tentèrent une charge audacieuse et se heurtèrent aux Paladins de Lothar, au centre des Plaines Ardentes. Marteau-du-destin et Lothar s'affrontèrent dans un combat de titans qui les laissa l'un et l'autre blessés et exsangues. marteau-du-destin parvint à vaincre Lothar, mais la mort du grand héros n'eut pas le résultat escompté par le chef des Orcs.

En effet, Turalyon, le second en qui Lothar avait le plus confiance, ramassa l'épée brisée de Lothar et rallia ses frères inconsolables avant de lancer une contre-attaque féroce. Sous les étendards déchirés de Lordaeron et d'Azeroth, les troupes de Turalyon enfoncèrent le gros des troupes de Marteau-du-destin dans une lutte glorieuse mais sanglante. Les Orcs survivants n'eurent d'autre choix que de fuir vers le dernier bastion de puissance de leur race : la Porte des ténèbre.

Turalyon et ses guerriers chassèrent les derniers Orcs à travers les nauséabonds Marais des chagrins jusqu'aux terres corrompues où se trouvait la Porte des ténèbres. Là, au pied du gigantesque portail, la Horde décimée et l'Alliance épuisée s'affrontèrent dans ce qui devait être la dernière et la plus sanglante des batailles de la Seconde Guerre. Les armées de Turalyon parvinrent à détruire la Porte des ténèbre, qui reliait les Orcs à leur monde natal, Draenor. Sans renforts de Draenor et décimée par les combats, la Horde fut finalement encerclée et écrasée par l'Alliance.

Marteau-du-destin fut capturé et escorté jusqu'à Lordaeron tandis que les clans démembrés étaient faits prisonniers et menés au Nord, à Lordaeron. Ils furent rassemblés et placés dans des camps gardés, sortes de réserves dont ils ne pouvaient sortir. La Horde semblait définitivement vaincue, mais beaucoup pensaient que la paix ne durerait pas. Khadgar, ancien apprenti de Medivh, parvint à convaincre le haut commandement de l'Alliance de bâtir la forteresse de Bastion-de-néant pour surveiller les ruines de la Porte des ténèbre et s'assurer que plus aucune invasion ne pourrait provenir de Draenor.

Prochainement:Chapitre VII - La fin de Draenor
(merci a ceux qui lise ce texte)
avatar
locko
El Loco

Messages : 8131

https://thenation2017.wordpress.com/
Re: Histoire du monde de WOW, le Jeu 25 Juil 2013 - 22:46
Et ben faut aimer lire :aie:


avatar
banane1234
Membre Émérite
Aucun .
Messages : 5665

Re: Histoire du monde de WOW, le Lun 23 Juin 2014 - 3:09
Chapitre VII - La fin de Draenor

Spoiler:
Ner'zhul et les clans des ombres
La Seconde Guerre terminée, l'Alliance prit des mesures radicales pour contenir la menace des Orcs. Plusieurs réserves importantes furent établies dans les régions méridionales de Lordaeron. Gardées par des Paladins et des vétérans de l'Alliance, ces réserves se montrèrent particulièrement efficaces. Les Orcs en captivité étaient tendus et agressifs, mais les surveillants des réserves, basés dans l'ancienne forteresse-prison de Durnholde, parvinrent à maintenir la paix et un semblant d'ordre.

Mais sur le monde de Draenor, une nouvelle armée d'Orcs se préparait à frapper l'Alliance. Le grand chaman, Ner'zhul, ancien mentor de Gul'dan, rallia sous sa poigne de fer les quelques clans qui subsistaient encore sur Draenor. Ner'zhul prévoyait d'ouvrir plusieurs portails sur le monde de Draenor qui permettraient à la Horde de s'implanter sur de nouveaux mondes vierges.

Ils pensaient pouvoir fuir ainsi, à jamais, leur monde maudit. Pour alimenter ces portails, Ner'zhul avait besoin de plusieurs objets magiques qui avaient été envoyés en Azeroth durant la guerre. Afin de les récupérer, Ner'zhul décida d'ouvrir à nouveau la Porte des ténèbres et d'envoyer ses clans à leur recherche.

La nouvelle Horde, menée par des chefs aguerris comme Grom Hurlenfer du clan Chanteguerre et Kilrogg Deadeye du clan Bleeding Hollow, attaqua par surprise les défenses de l'Alliance et les mit en déroute. Sous le commandement avisé de Ner'zhul, les Orcs retrouvèrent rapidement les objets dont ils avaient besoin et retournèrent sur le monde de Draenor.

Au-delà de la Porte des ténèbres
Le roi Terenas de Lordaeron, convaincu que les Orcs préparaient une nouvelle invasion d'Azeroth, rassembla ses meilleurs lieutenants. Il donna l'ordre au général Turalyon et au grand mage Khadgar de mener une expédition Humaine à travers le Portail Démoniaque et de mettre un terme définitif à la menace des Orcs.

Les troupes Humaines traversèrent donc le portail vers le monde de Draenor et affrontèrent à plusieurs reprises les clans de Ner'zhul sur la péninsule des flammes infernales. Aucun des deux camps ne parvenait à prendre véritablement l'avantage, mais il était clair que les plans infâmes de Ner'zhul ne pourraient être stoppés.

Ner'zhul parvint à ouvrir des portails vers d'autres mondes, mais il ne soupçonnait pas ce que cela coûterait. Les perturbations terribles engendrées par les portails commencèrent à disloquer le coeur même de Draenor. Tandis que les forces de Turalyon tentaient désespérément de se frayer un chemin par les armes et de rentrer sur Azeroth, la destruction de Draenor s'accélérait.

Grom Hurlenfer et Kilrogg Deadeye, réalisant que les plans insensés de Ner'zhul allaient condamner leur race tout entière, rallièrent les derniers Orcs et traversèrent également le portail pour Azeroth. Comprenant qu'ils allaient se retrouver prisonniers d'un monde à l'agonie, Khadgar et ses compagnons décidèrent héroïquement de détruire la Porte des Ténèbres. Ainsi, Azeroth serait épargné par l'effondrement violent de Draenor.

Au moment même où Hurlenfer et Deadeye se frayaient un passage dans les rangs Humains, la Porte des ténèbres explosa derrière eux. Pour eux et pour les Orcs d'Azeroth, il n'y avait plus de retour possible...

Comprenant que les clans guerroyant n'atteindraient jamais les portails à temps, Ner'zhul les abandonna sans scrupule et s'échappa avec ses suivants. Le groupe maudit des Orcs traversa les nouveaux portails qu'ils avaient crées au moment précis où Draenor finissait de se disloquer sous l'effet de terrifiantes éruptions volcaniques. Leur monde torturé finit par disparaître dans une explosion apocalyptique. Le vieux Chaman s'estima d'abord heureux d'avoir échappé à la mort... Mais en fait il ne survécut que pour mieux regretter sa naïveté.

Selon toutes les chroniques, les troupes de Khadgar parvinrent à détruire le portail et à sauver Azeroth. Mais nul ne sait s'ils échappèrent à la destruction de Draenor.

Chapitre VIII - L'après-guerre


Spoiler:
La bataille de Grim Batol
Ayant traversé le portail à temps avant que celui-ci se détruise, Hurlenfer, Oeil-mort et leurs troupes se retrouvèrent sur Azeroth. Grom Hurlenfer et le clan chanteguerre parvinrent à éviter la capture, mais Oeil-mort et le clan de l'orbite sanglante furent pris et placés dans des réserves de Lordaeron.

Les réserves d'Orcs, construites peu après la fin de la Seconde Guerre, étaient bondées et surveillées en permanence. Bien que le clan chanteguerre, fraîchement arrivé, ait réussi à échapper longtemps à la colère de l'Alliance, il ne restait qu'un groupe (le clan gueule-de-dragon) assez vaste et assez fort pour bouleverser la paix fragile de Lordaeron.

Le clan gueule-de-dragon était mené par Nekros, un orc sournois. Il avait conquis une grande partie des terres nordiques de Khaz Modan grâce à ses Dragons et à ses petits commandos de fantassins. Nekros maintenait son emprise sur la reine des Dragons, Alexstrasza, grâce à une relique puissante nommée l'Âme du dragon.

Depuis l'ancienne forteresse naine de Grim Batol, Nekros recruta une large armée. Il espérait qu'en lâchant ses forces et les puissants Dragons rouges sur l'Alliance, il pourrait réunifier la Horde et poursuivre la conquête d'Azeroth. Mais un petit groupe de combattants, mené par le mage Humain Rhonin, parvint à détruire l'Âme du dragon, libérant ainsi la reine Dragon.

Ivres de vengeance, les Dragons rouges immolèrent le clan gueule-de-dragon par le feu et firent disparaître le dernier bastion de puissance des Orcs. Les espoirs de Nekros de réunifier les Orcs furent définitivement écrasés lorsque les troupes de l'Alliance rassemblèrent les survivants et les placèrent dans des réserves.

La défaite du clan gueule-de-dragon sonna le glas de la Horde et la fin de la menace représentée par les Orcs.

Léthargie et internement
Au fil des mois, de plus en plus d'Orcs furent envoyés dans les réserves. Les premières réserves étant saturées, l'Alliance dut en créer de nouvelles dans les plaines qui s'étendent au sud des montagnes d'Alterac. Pour entretenir ces réserves, le roi Terenas fut contraint d'imposer une nouvelle taxe aux nations de l'Alliance. Cet impôt, en plus des tensions politiques nées des disputes territoriales, fut à l'origine d'une importante dissension parmi les chefs de l'Alliance. Le pacte fragile qui rassemblait les nations Humaines à l'heure du péril menaçait d'être rompu à tout instant.

Alors que la politique commençait à reprendre le dessus, plusieurs des surveillants des réserves remarquèrent des changements inquiétants dans le caractère des Orcs dont ils avaient la charge. Les Orcs tentaient de moins en moins souvent de s'échapper des réserves et ils semblaient même perdre leur esprit combatif. Cela semblait difficile à croire, mais les Orcs, que l'on tenait pour la race la plus agressive jamais vu sur Azeroth, étaient tombés dans une sorte de léthargie. Cette nouvelle surprenante pour les chefs de l'Alliance était beaucoup plus inquiétante pour les Orcs eux-mêmes, dont la population fondait à vue d'oeil.

Certains émirent l'hypothèse qu'une maladie, que ne pourraient contracter que les Orcs, était à l'origine de cette léthargie. Mais l'Archimage Antonidas de Dalaran proposa une hypothèse plus réaliste. En étudiant l'histoire des Orcs, Antonidas découvrit qu'ils étaient tombés sous l'influence d'une puissance démoniaque depuis plusieurs générations. Il pensait que les Orcs avaient été corrompus par les puissances démoniaques bien avant leur première tentative d'invasion d'Azeroth. Il était évident que des démons avaient corrompu le sang des Orcs, ce qui leur conférait leur force, leur endurance et leur agressivité inhabituelles.

Antonidas émit la théorie que la léthargie des Orcs n'était pas une maladie, mais qu'elle était liée au fait que la corruption démoniaque qui les habitait depuis des générations commençait à disparaître. Les symptômes étaient évidents, mais Antonidas n'avait aucun remède à proposer. Plusieurs autres mages, ainsi que certains chefs de l'Alliance, estimèrent que trouver un remède serait peut-être même une idée imprudente. Continuant d'observer les Orcs et leur mystérieuse condition, Antonidas finit par en conclure que le seul remède possible ne saurait être que spirituel...

L'éclatement de l'Alliance
Dans les années qui suivirent la défaite de la Horde, les chefs des différentes nations constituant l'Alliance commencèrent à se disputer sur le tracé des frontières et les sphères d'influence. Le roi Terenas de Lordaeron, chef de l'Alliance, commença à craindre que le pacte fragile forgé aux heures sombres ne soit voué à se rompre. Terenas avait convaincu les dirigeants de l'Alliance de fournir de l'argent et de la main-d'oeuvre pour reconstruire la cité d'Hurlevent, détruite pendant l'occupation d'Azeroth par les Orcs. Ces contributions, alliées aux frais d'entretien des réserves Orcs, conduisirent plusieurs chefs (notamment Genn Grisetête de Gilneas) à souhaiter retirer leur peuple de l'Alliance.

Pire, les Hauts Elfes de Lune-d'argent quittèrent l'Alliance au prétexte que le commandement médiocre des Humains était responsable de l'incendie de leurs forêts pendant la Seconde Guerre. Terenas rappela aux Elfes, avec tact, que rien n'aurait subsisté de Quel'Thalas sans les centaines d'Humains héroïques qui l'avaient défendu au prix de leur vie. Mais, bornés, les Elfes firent sécession. Suivant cet exemple, Gilneas et Stromgarde se retirèrent également de l'Alliance.

L'Alliance éclatait de toutes parts, mais le roi Terenas pouvait toujours compter sur des soutiens fidèles. L'Amiral Portvaillant de Kul Tiras et le jeune roi Varian Wrynn d'Hurlevent restaient loyaux à l'Alliance. Les sorciers du Kirin Tor, conduits par l'Archimage Antonidas, réaffirmèrent le soutien sans faille de Dalaran à la suzeraineté de Terenas. Plus agréable encore, sans doute, fut la proclamation du puissant roi des Nains, Magni Barbe-de-Bronze : il affirma que le peuple de Forgefer garderait à jamais une dette d'honneur envers l'Alliance pour avoir libéré Khaz Modan de la domination de la Horde.

Une nouvelle génération

Les années passèrent, laissant s'apaiser les tensions et s'installer une paix durable sur Lordaeron.

Le roi Terenas et l'Archevêque Alonsus Faol travaillaient sans relâche pour reconstruire leur royaume et apporter leur aide aux nations qui restaient dans l'Alliance. Le royaume d'Azeroth, au sud, retrouva sa prospérité et redevint une puissance militaire sous la direction visionnaire du roi Wrynn. Uther le Porteur de lumière, commandant en chef de l'ordre des Paladins, maintenait la paix sur Lordaeron en matant les oppositions civiles et en domptant les révoltes des Demi-hommes à travers tout le royaume. L'Amiral Portvaillant, dont la flotte puissante protégeait les routes maritimes commerciales contre les pirates et les aventuriers, maintenait l'ordre sur les océans. Mais la population était enflammée par les exploits d'une nouvelle génération de héros.

Le fils unique de Terenas, Arthas, était devenu un vaillant jeune homme plein de confiance en lui. Le jeune Prince apprit le métier des armes avec Muradin Barbe-de-bronze, le frère du roi Magni de Forgefer.

Malgré son jeune âge, il était considéré comme l'un des combattants les plus habiles de Lordaeron. A peine âgé de dix-neuf ans, Arthas fut accepté dans l'Ordre de la Main d'argent sous le commandement du Seigneur Uther. Le bon Uther, qui avait été un frère pour le roi Terenas pendant des années, considérait le Prince comme un neveu bien-aimé davantage que comme un écuyer. Malgré sa tête chaude et une certaine arrogance, Arthas était sans conteste brave et tenace. Quand les Trolls guerriers de Zul'Aman commencèrent à faire des raids sur les comptoirs de la frontière de Quel'Thalas, Arthas chassa rapidement les sauvages des environs et mit fin à leur pillage.

En dépit de ces exploits, c'est la vie personnelle du jeune Prince qui enthousiasmait les citoyens de Lordaeron. La rumeur d'une idylle entre Arthas et Lady Jaina Portvaillant se répandait sur le royaume et le mettait en émoi. Jaina était la plus jeune fille de l'Amiral Portvaillant et une amie d'enfance d'Arthas. Mais la jeune femme, aussi timide que belle, était également l'élève la plus en vue du Kirin Tor, le conseil des mages de Dalaran. Sous l'enseignement du vénérable Archimage Antonidas, Jaina faisait des prodiges et excellait dans la recherche des arts magiques. En dépit des rigueurs de leur charge, Arthas et Jaina parvenaient à garder une grande intimité dans leur relation. Le roi Terenas était âgé et sa santé déclinante, les citoyens étaient d'autant plus enchantés de voir que leur Prince allait se marier et perpétuer la lignée royale.

Embarrassés par cette attention publique permanente, Arthas et Jaina s'efforçaient à la plus complète discrétion. Mais Jaina, absorbée par ses études à Dalaran, savait que leur idylle ne pourrait durer bien longtemps. Elle avait appris la magie toute sa vie et savait que sa vraie vocation était la poursuite de la connaissance, pas les pièges du pouvoir. A la grande déception des citoyens de Lordaeron, les deux amoureux se séparèrent à contrecoeur et se consacrèrent à leur charge.

Chapitre IX - Les Menaces

Spoiler:
L'histoire de Thrall
Durant les sombres heures de la Première Guerre, un officier Humain du nom d'Aedelas Blackmoore trouva un bébé Orc abandonné. Le bébé, que Blackmoore prénomma Thrall, fut emmené à la forteresse-prison de Durnholde. Blackmoore y éleva le jeune Orc comme esclave et gladiateur. Formant le jeune Orc à devenir un puissant guerrier mais aussi un chef, Blackmoore espérait en fait utiliser Thrall pour contrôler la Horde et se servir de cette dernière pour prendre le pouvoir.

Dix-neuf années passèrent et Thrall devint un Orc fort et intelligent. Mais dans son jeune coeur, il savait que la vie d'esclave n'était pas faite pour lui. Comme souvent les murs ont des oreilles, il avait appris ce qui se passait hors de la forteresse. Il découvrit que son peuple qu'il n'avait jamais rencontré, avait été vaincu et placé dans des réserves. Marteau-du-destin, le chef de son peuple, s'était échappé et se cachait. Il savait également qu'un clan rebelle était encore en activité, cherchant à tromper la vigilance de l'Alliance.

Inexpérimenté mais plein de ressources, Thrall décida de s'échapper et de partir à la recherche de son peuple. Au cours de son périple, Thrall découvrit les réserves et vit que sa race autrefois puissante était devenue étrangement indolente. N'ayant pas trouvé les fiers guerriers qu'il espérait, Thrall se mit à la recherche du dernier chef invaincu, Grom Hurlenfer.

Pourchassé par les Humains, Hurlenfer parvenait à maintenir l'esprit combatif de ses Orcs, le clan Chanteguerre. Il continuait à combattre pour libérer son peuple de l'oppression. Mais Hurlenfer ne parvint jamais à trouver un moyen de débarrasser les Orcs captifs de leur étrange léthargie. Thrall, jeune et impressionnable, fut inspiré par l'idéalisme de hurlenfer et développa une forte empathie pour la Horde et ses traditions guerrières.

Cherchant à découvrir la vérité sur ses propres origines, Thrall voyagea vers le nord à la recherche du légendaire clan Loup-de-givre. Thrall apprit que Gul'dan avait exilé le clan Loup-de-givre au début de la Première Guerre. Il découvrit également qu'il était le fils et l'héritier du héros du clan, Durotan, le véritable chef du clan Loup-de-givre qui avait été assassiné vingt ans auparavant...

Sous la tutelle du vénérable Chaman Drek'Thar, Thrall étudia la culture chamanique que son peuple avait oubliée sous la férule de Gul'dan. Au fil du temps, Thrall devient un puissant Chaman et prit la place qui lui revenait à la tête du clan Loup-de-givre. Avide d'accomplir son destin, Thrall décida de libérer les clans captifs et sa race de la corruption démoniaque.

Thrall rencontra alors un chef âgé, Orgrim Marteau-du-destin, qui vivait en ermite depuis de nombreuses années. Marteau-du-destin, qui avait été un ami proche du père de Thrall, décida de suivre le jeune Orc visionnaire et de l'aider à libérer les clans captifs. Avec le soutien de plusieurs des chefs aguerris, Thrall parvint finalement à rendre vie à la Horde et à redonner une identité spirituelle à son peuple.

Pour symboliser la renaissance des Orcs, Thrall retourna à la forteresse de Durnholde. Il mit un terme définitif aux plans de son ancien maître, Blackmoore, en assiégeant les réserves. Malheureusement, lors de la libération d'une des réserves, marteau-du-destin tomba au combat. Thrall ramassa le légendaire marteau de guerre de marteau-du-destin, endossa son armure noire et devint le nouveau chef de la Horde. Dans les mois qui suivirent, la petite Horde de Thrall libéra plusieurs réserves et contra les efforts de l'Alliance visant à l'en empêcher. Encouragé par son meilleur ami et son mentor Grom Hurlenfer, Thrall s'assura qu'aucun Orc ne serait jamais plus esclave d'Humains ou de Démons.

Kil'jaeden et le Nouvel Ordre
Au moment où Ner'zhul et ses compagnons pénétraient dans le Néant Distordu, le plan éthéré qui relie tous les mondes répartis dans les champs du vide, Kil'jaeden et ses serviteurs démoniaques les attaquèrent. Kil'jaeden, qui avait juré de se venger de la méfiance orgueilleuse de Ner'zhul, tortura le vieux Chaman sans merci en l'écorchant lambeau après lambeau. Kil'jaeden garda l'esprit du Chaman vivant et intact, pour que Ner'zhul éprouve jusqu'au bout la douleur physique de son démembrement. Ner'zhul implora le démon de relâcher son esprit et de lui procurer la paix de la mort, mais le démon répliqua que le Pacte de sang qu'ils avaient conclu il y a longtemps n'était pas abrogé. Il avait l'intention d'utiliser encore son pion à l'avenir.

L'incapacité des Orcs à conquérir Azeroth, comme le voulait la Légion, força Kil'jaeden à créer une nouvelle armée pour plonger les royaumes de l'Alliance dans le chaos. Cette nouvelle armée n'était pas autorisée à se laisser aller aux rivalités égoïstes que la Horde avait connues. Il lui faudrait être tenace, sans merci, dévouée à sa seule mission. Cette fois, Kil'jaeden ne pouvait se permettre d'échouer.

Tout en maintenant Ner'zhul dans l'état douloureux d'esprit immobile et sans repos, Kil'jaeden lui donna une dernière chance de servir la Légion pour échapper aux tourments éternels. Une fois encore, égoïste, Ner'zhul accepta la proposition du démon.

L'esprit de Ner'zhul fut insufflé à un bloc taillé dans la glace dure comme du diamant que l'on trouve aux confins du Néant Distordu. Enchâssé dans son carcan glacial, Ner'zhul sentit sa conscience se développer et s'étendre comme jamais. Entouré par les pouvoirs chaotiques du démon, Ner'zhul devint une créature spectrale d'un pouvoir incommensurable. A cette époque, les Orcs tels que Ner'zhul les avait connus étaient dispersés pour toujours. Le Roi Liche était né.

Les fidèles chevaliers de la mort et les Sorciers de Ner'zhul furent également transformés par les énergies chaotiques du démon. Les jeteurs de sort maudits furent décomposés et recréés sous forme de liches squelettiques. Les démons s'étaient assurés que même dans la mort, les serviteurs de Ner'zhul le serviraient sans poser de question.

Lorsque l'heure fut venue, Kil'jaeden expliqua patiemment la mission pour laquelle il avait créé le Roi Liche : Ner'zhul allait devoir répandre une peste de mort et de terreur à travers Azeroth pour y faire disparaître à jamais la civilisation Humaine. Tous ceux qui mourraient se joindraient à l'armée des Morts-vivants... et leur esprit serait soumis à la volonté de fer de Ner'zhul, à jamais. Kil'jaeden promis que si Ner'zhul accomplissait cette abjecte mission de destruction de l'Humanité, il serait libéré de la malédiction et recevrait un nouveau corps sain dans lequel habiter.

Ner'zhul ne protesta pas et semblait désireux de bien remplir son rôle, mais Kil'jaeden restait sceptique quant à sa loyauté. Il garda le Roi Liche loin de tout corps, enfermé dans sa gangue de cristal, pour s'assurer de sa docilité à court terme, mais le démon savait qu'il lui fallait garder un oeil vigilant sur le Roi Liche. Pour ce faire, Kil'jaeden appela l'élite de ses gardes démoniaques, les Seigneurs de l'effroi vampiriques, à surveiller Ner'zhul et à s'assurer qu'il remplissait sa terrible mission. Tichondrius, le plus puissant et le plus avisé des Seigneurs de l'effroi, releva le gant, fasciné par la brutalité de la peste et par le pouvoir du Roi Liche à accomplir un vrai génocide.

Icecrown et le Trône de glace
Kil'jaeden renvoya la prison glacée de Ner'zhul dans le monde d'Azeroth. Le cristal dur traversa le ciel nocturne et s'écrasa au sol dans le désert arctique de Northrend avant de disparaître au plus profond du glacier d'Icecrown. Le cristal gelé, endommagé par cette brutale descente, prit l'aspect général d'un trône et l'esprit assoiffé de vengeance de Ner'zhul remuait à l'intérieur.

Prisonnier du Trône de glace, Ner'zhul déploya son immense conscience des choses et atteignit les esprits des indigènes de Northrend. Avec une déconcertante facilité, il réduisit en esclavage les Trolls des glaces et les violents Wendigos, recouvrant de son ombre grandissante ces peuples vils. Il découvrit que ses pouvoirs psychiques étaient presque sans limite, et les utilisa pour créer une petite armée qu'il abrita dans les couloirs labyrinthiques d'Icecrown. Le Roi liche accroissait ainsi ses pouvoirs sous la surveillance permanente des Seigneurs de l'effroi, lorsqu'il découvrit un petit campement Humain aux confins du vaste royaume des Dragons. Ner'zhul décida de tester sa puissance et sa peste mortelle sur les Humains qui ne suspectaient rien.

Ner'zhul envoya une vague de mort née dans les profondeurs du Trône de glace sur les terres arctiques. Contrôlant cette peste par la seule force de sa volonté, il la conduisit jusque dans les villages Humains. En trois jours, tous les Humains avaient péri. Presque aussitôt, les villageois morts se relevèrent sous la forme de cadavres zombifiés. Ner'zhul était capable de ressentir leur esprit et leurs pensées comme s'ils faisaient partie de lui. Cette cacophonie rugissante dans son esprit lui permit de croître encore en puissance, comme s'il se nourrissait de ces âmes. Il découvrit qu'il était très facile de contrôler les actions des zombies et d'en faire ce que bon lui semblait.

Pendant les mois qui suivirent, Ner'zhul continua de faire des expériences avec sa peste mortelle en s'appropriant tous les habitants Humains de Northrend. Son armée de Morts-vivants grossissait chaque jour et il savait que l'heure de la confrontation véritable approchait.

Kel'Thuzad et le Culte des damnés
Pendant dix longues années, Ner'zhul développa la base de son pouvoir à Northrend. Une grande citadelle fut érigée au-dessus d'Icecrown, remplie de légions grandissantes de Morts-vivants. Libre de diriger son royaume sans opposition, le Roi Liche commença à se préparer pour sa vraie mission dans le monde. Lançant sa vaste conscience des éléments à l'assaut des terres Humaines, le Roi appela toutes les âmes sombres susceptibles de l'écouter...

Des individus puissants, un peu partout dans le monde, entendirent l'invocation mentale du Roi Liche. Le plus notable d'entre eux fut l'Archimage Kel'Thuzad, de la nation magique de Dalaran. Kel'Thuzad, l'un des membres les plus anciens du Kirin Tor, le conseil suprême de Dalaran, était considéré comme un original depuis des années : ne désirait-il pas étudier les secrets interdits de la nécromancie ? Ayant appris tout ce qu'il pouvait sur le monde magique et ses merveilles, il était frustré par ce qu'il considérait être, chez ses pairs, du manque d'imagination et du conservatisme. En entendant les puissants appels de Northrend, l'Archimage mit toute sa volonté à communiquer avec la voix mystérieuse. Convaincu que le Kirin Tor était trop immobiliste pour se saisir du pouvoir et de la connaissance des arts obscurs, il décida de se vouer à apprendre tout ce qu'il pourrait du puissant Roi Liche.

Laissant là sa fortune et sa prestigieuse position politique, Kel'Thuzad abandonna la manière de vivre du Kirin Tor et quitta Dalaran à jamais. Attiré par la voix persistante du Roi Liche qui résonnait dans son cerveau, il vendit ses nombreux biens et mit sa fortune à l'abri. Voyageant seul sur des centaines de lieues, sur terre comme sur mer, il atteignit finalement les rivages glacés de Northrend.

Désireux d'atteindre Icecrown et d'offrir ses services au Roi Liche, l'Archimage traversa les ruines ravagées par la guerre d'Azjol-Nerub. Kel'Thuzad vit l'étendue et la férocité des pouvoirs de Ner'zhul. Il commença à croire que s'allier avec le mystérieux Roi Liche pouvait s'avérer fructueux et pas seulement sage.

Après de longs mois de marche dans les plaines désertiques et glacées, Kel'Thuzad atteignit finalement le glacier noir d'Icecrown. Il approcha bravement de la sombre citadelle de Ner'zhul et fut ébahi de voir les sentinelles mort-vivantes s'écarter silencieusement pour le laisser passer, comme s'il était attendu. Kel'Thuzad descendit dans les profondeurs de la terre froide et trouva son chemin jusqu'au bas du glacier. Là, dans l'immense caverne de gel et d'ombres, il se prosterna devant le Trône de glace et offrit son âme au noir seigneur des morts.

Le Roi Liche se montra satisfait de sa nouvelle recrue. Il promit à Kel'Thuzad l'immortalité et un grand pouvoir en échange de sa loyauté et de son obéissance. Kel'Thuzad, désireux d'apprendre le savoir obscur, accepta sa première grande mission : retourner au monde des hommes et fonder une nouvelle religion qui adorerait le Roi Liche comme un dieu.

Pour aider l'Archimage dans sa mission, Ner'zhul ne toucha pas à l'Humanité de Kel'Thuzad. Le magicien, âgé mais toujours charismatique, utilisa ses pouvoirs d'illusion et de persuasion pour s'attirer la confiance des démunis et des laissés-pour-compte de Lordaeron. Leur attention captée, il leur offrit une vision nouvelle de ce que pourrait être la société, ainsi qu'une nouvelle idole à adorer...

Kel'Thuzad retourna sous déguisement à Lordaeron et en l'espace de trois ans, il utilisa sa fortune et son intelligence pour fonder une fraternité clandestine d'hommes et de femmes à son image. La fraternité, qu'il appela Culte des Damnés, promit à ses membres l'égalité sociale et la vie éternelle sur Azeroth en échange de leurs services et de leur obéissance à Ner'zhul. Au fil des mois, Kel'Thuzad trouva de nombreux volontaires enthousiastes pour son culte parmi les travailleurs épuisés et saignés à blanc de Lordaeron. Etrangement, le but de Kel'Thuzad fut atteint facilement : la foi des citoyens en la Lumière se transforma rapidement en culte des pouvoirs obscurs de Ner'zhul. Tandis que le Culte des Damnés augmentait en taille et en influence, Kel'Thuzad continua de se cacher aux yeux des autorités de Lordaeron.

La naissance du Fléau et son Héritier
Kel'Thuzad ayant réussi à Lordaeron, le Roi Liche s'occupa des ultimes préparatifs de son assaut contre la civilisation Humaine. Il enferma sa peste dans de nombreux artefacts portables nommés Chaudrons du Fléau, puis ordonna à Kel'Thuzad de transporter les chaudrons vers Lordaeron où ils seraient placés dans différents villages contrôlés par le Culte. Les Chaudrons, protégés par les adeptes fidèles du Culte, allaient devenir des générateurs de peste et la répandre dans les fermes et les villes du Nord de Lordaeron.

Le plan du Roi Liche fonctionna parfaitement. De nombreux villages du nord de Lordaeron furent atteints presque immédiatement. Tout comme à Northrend, les citoyens contaminés moururent et se relevèrent sous la forme d'esclaves fidèles du Roi Liche. Les adeptes conduits par Kel'Thuzad avaient hâte de mourir et de renaître au service de leur sombre maître. L'immortalité dans la mort les exaltait. Tandis que la peste prenait de l'ampleur, de plus en plus de zombies sauvages se dressaient dans les terres du Nord. Kel'Thuzad regarda l'armée croissante du Roi Liche et lui donna le nom de Fléau, un fléau qui allait bientôt marcher sur Lordaeron... et éliminer l'Humanité de la surface de la terre.

Les Seigneurs de l'effroi étaient satisfaits que la vraie mission de Ner'zhul ait enfin commencé, mais le Roi Liche restait confiné dans les limites étroites du Trône de glace. En dépit de ses puissants pouvoirs psychiques et de sa domination complète sur les Morts-vivants, il désirait être libéré de sa prison de gel. Il savait que Kil'jaeden ne le libérerait jamais de sa malédiction. En raison de sa grande puissance, il savait que les démons le détruiraient dès que sa mission serait accomplie.

Mais il lui restait une chance de se libérer et d'échapper à ce terrible destin. S'il parvenait à trouver un hôte convenable, un infortuné naïf déchiré entre ombre et lumière, il pourrait prendre possession de son corps et échapper de la prison du Trône de glace pour toujours.

Le Roi Liche envoya donc sa vaste conscience des choses à la recherche d'une âme adéquate...

Le retour des Ténèbres
Après presque treize ans de paix, des rumeurs de guerre se firent de nouveau jour. D'après les agents du roi, un jeune Chef de Guerre Orc venait de se dresser et ralliait les clans Orcs survivants pour constituer une troupe de combat d'élite. Le jeune chef souhaitait ouvrir les réserves par la force et en libérer son peuple. La 'Nouvelle Horde' avait attaqué sans complexe la cité nordique de Stratholme pour essayer de secourir ses guerriers emprisonnés. La Horde parvint même à détruire Durnholde, la forteresse qui protégeait la sécurité des réserves, et à éliminer les officiers qui la commandaient. Le roi Terenas envoya Uther et ses Paladins mater la révolte du jeune chef, mais nul ne put jamais trouver les Orcs. Le chef Orc s'avéra un génie tactique et parvint à échapper aux efforts d'Uther pour contrecarrer ses raids.

En plus de cette renaissance des Orcs, le roi Terenas reçut d'autres mauvaises nouvelles. Des rumeurs affirmaient que plusieurs cultes morbides se répandaient dans les provinces du Nord. Les cultes attiraient les citoyens démoralisés et les laissés-pour-compte de Lordaeron, en leur offrant la 'vie éternelle' sur terre comme alternative à l'autorité du roi. Après des années de paix et de quiétude, le roi Terenas comprit que l'heure des troubles avait de nouveau sonné. Il était réconforté par l'idée que Lordaeron avait toujours surmonté les épreuves et que ses défenseurs, les anciens comme les nouveaux, parviendraient à vivre jusqu'à l'aube nouvelle...


Suite demain, car la le texte est vraiment long :aie:
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum